/news/currentevents
Navigation

La présence des caméras dans les salles d’audience évoquée

Le Conseil canadien de la magistrature s’interroge

Coup d'oeil sur cet article

Les journalistes pourraient-ils utiliser Twitter à l’intérieur des salles de cours? Les caméras pourraient-elles y être admises? Les questions se posent actuellement au Conseil canadien de la magistrature, qui ramène de l’avant ces épineux dossiers.

En mars 2013, le juge en chef associé de la Cour supérieure Robert Pidgeon faisait parvenir une directive à l’effet qu’il était désormais formellement interdit de diffuser des informations de la salle d’audience vers l’extérieur. Cette mesure comprenait les micro-messages envoyés via Twitter.

Deux ans et demi plus tard, le dossier refait surface. Il n’est pas exclu que la directive puisse, un jour, subir des modifications. «On discute de ça, à l’heure actuelle, au Conseil canadien de la magistrature. On va en rediscuter en septembre. C’est un débat qui, de plus en plus, devient de très grande actualité», révèle le juge Pidgeon, dans une entrevue accordée au Journal, dont les détails seront révélés samedi.

À son avis, l’utilisation de Twitter ou des caméras en Cour d’appel ou en Cour suprême ne poserait pas problème. La donne est toute autre pour les causes civiles et criminelles en Cour supérieure, croit-il.

«Les visages, les témoignages des accusés ou des victimes, c’est ça qui chicotent les juges. Est-ce que les gens vont être intimidés, avoir la même objectivité, s’il y a des caméras dans la salle d’audience? Est-ce que le décorum pourra être maintenu? On débat là-dessus. S’il y avait des garanties relativement à l’objectivité et la sérénité des témoins, c’est clair que ça pourrait être fait», poursuit-il.

Éviter le «cirque»

Le juge Pidgeon souhaite surtout éviter que ces nouveaux outils ne créent un «cirque» dans les salles d’audience, comme il a déjà été vu aux États-Unis. «On ne veut pas ça. Maintenant, qu’est-ce qui peut être fait?»

Chose certaine, les mentalités évoluent, plaide-t-il. «On n’est pas bloqués. Il faut à tout bout de champ remettre ça sur le tapis et en discuter. Et c’est sain, dans toute société et sur n’importe quel sujet.»

Brèves

Vous désirez réagir à ce texte dans nos pages Opinions?

Écrivez-nous une courte lettre de 100 à 250 mots maximum à l'adresse suivante:

Vous pouvez aussi nous écrire en toute confidentialité si vous avez de l'information supplémentaire. Merci.