/24m/transports
Navigation

Pas de Wi-Fi dans les trains

L’Agence métropolitaine de transport concentre ses efforts sur la hausse de la clientèle

AMT
Photo d'Archives

Coup d'oeil sur cet article

Il n’y aura pas de Wi-Fi dans les trains de banlieue de l’Agence métropolitaine de transport (AMT), indique son nouveau président-directeur général Paul Côté.

«Ce n’est pas des projets qu’on envisage actuellement. Ce qu’on regarde, c’est la possibilité d’augmenter la capacité des trains», a-t-indiqué en entrevue avec 24 Heures, quelques semaines après son entrée en poste.

L’agence de transport avait étudié il y a quelques années la possibilité d’implanter cette technologie sur ses lignes et on mentionnait que les voitures multiniveaux sont conçues pour la recevoir.

Le ministre des Transports Robert Poëti avait de son côté été déçu de constater que le Wi-Fi était absent du nouveau train de l’Est.

L’idée a toutefois été mise de côté par l’AMT, parce qu’on la juge trop complexe et coûteuse. On évalue maintenant la possibilité de mettre du Wi-Fi dans certaines gares et certains terminus.

Hausser l’achalandage

Le train de l’Est voit de son côté un rétablissement de son achalandage, indique Paul Côté.

Paul Côté, PDG de l'AMT
Photo Le Journal de Montréal, Pierre-Paul Poulin
Paul Côté, PDG de l'AMT

Celui-ci avait connu une baisse de 10 % depuis sa mise en fonction en décembre dernier, mais le niveau est maintenant rétabli à celui de février, à 4700 déplacements par jour. On en vise 11 000 d’ici quatre ans.

Il espère que la ligne Mascouche fera augmenter la fréquentation vacillante du réseau.

Et si le financement le permet, il aimerait construire des stationnements incitatifs étagés aux endroits qui débordent, par exemple à Saint-Lambert ou sur la ligne Deux-Montagnes.

Mettre des abris chauffés dans toutes les gares n’est toutefois pas une option.

Paul Côté compte finalement présenter à la nouvelle structure qui émergera des cendres de l’AMT une grille tarifaire avec des tarifs étudiants, pour personnes âgées et mensuels similaires sur tout le réseau.

Pas d’impact

Celui qui dirigera l’AMT jusqu’à sa disparition et à la création de deux nouvelles entités ne prévoit pas de grands nouveaux projets.

Le PDG a comme priorité de s’assurer que le changement de structure n’affectera pas les usagers et que les projets en cours ne seront pas interrompus ou ralentis.

«Ce n’est pas au client de subir les conséquences d’une transition ou d’un questionnement par rapport à la gouvernance des transports collectifs. Nous nous concentrons sur le service», affirme-t-il.

Si un projet comme le SRB sur Pie-IX a connu des retards, il assure que les projets respectent les délais et verront le jour.

Il ajoute qu’il n’y a pas de discussions à l’AMT pour trouver de nouvelles façons de financer des projets et que c’est une réflexion qui se fera plus tard.

Paul Côté en bref :

  • PDG et président du CA par intérim de l’AMT en 2012
  • Conseiller spécial à la direction de l’AMT d’octobre 2012 à décembre 2013
  • Président du comité de gouvernance du train de l’Est
  • Président et chef de direction de VIA Rail Canada entre 2004 et 2010