/misc
Navigation

Satanés roulés!

Coup d'oeil sur cet article

J’ai signé trois rondes de 70 et une de 71 pour un pointage cumulatif de -3 en fin de semaine ­dernière dans le Dakota du Sud, ce qui m’a valu la 20e place. Malheureusement, mes «putts» ne voulaient simplement pas ­tomber. C’est ­vraiment dommage parce que mon pointage ­aurait été totalement différent.

J’ai signé trois rondes de 70 et une de 71 pour un pointage cumulatif de -3 en fin de semaine ­dernière dans le Dakota du Sud, ce qui m’a valu la 20e place. Malheureusement, mes «putts» ne voulaient simplement pas ­tomber. C’est ­vraiment dommage parce que mon pointage ­aurait été totalement différent.

Dommage aussi parce que j’ai grandement amélioré toutes mes autres statistiques. J’ai énormément réduit le nombre de bogueys par ronde, ce qui signifie que mon exécution est constante. Je vais donc bâtir sur ces aspects positifs.

La 20e position m’expulse du top 10 chez les boursières. J’ai glissé au 12e échelon (seules les 10 meilleures au général en fin d’année recevront leur carte de la LPGA pour 2016). C’est un enjeu crucial pour ma carrière. Je dois ­remonter.

Ce tournoi proposait la bourse la plus importante de la saison. J’aurais tellement voulu en profiter. La victoire est cependant revenue à Caroline Westrup.

J’ai ensuite repris le volant lundi pour Mayetta, au ­Kansas. C’était à seulement cinq heures de route, route que j’ai partagée cette fois avec une collègue du circuit ­Symetra. Le voyage a paru moins long parce qu’il y avait des champs à perte de vue, et encore des champs à perte de vue. Une passagère dans ces conditions, c’est désennuyant.

Autre changement d’huile

Comme vous le constatez si vous me lisez régulièrement, on en fait du kilométrage comme professionnelles de golf! Pour mettre les choses en perspective, sachez que j’ai dû faire un changement d’huile il y a un mois et je dois déjà en prévoir un autre.

Même si c’est parfois long, je trouve ça très intéressant de prendre ainsi la route aux États-Unis. On peut apprécier les différences de paysage et de météo. Pour aller du Dakota du Sud et m’amener au Kansas cette semaine, mine de rien je suis passée par trois autres États, l’Iowa, le Missouri et le Nebraska.

Je ne suis pas fan du Midwest. Il n’y a pas beaucoup d’action. Les côtes Est et Ouest se révèlent beaucoup plus intéressantes. En général, je trouve les Américains très religieux. Presque partout où j’ai été logée par des citoyens pour la durée des tournois, les gens se donnent la main et prononcent une prière avant de manger. C’est particulier de voir ça quand on n’est pas habituée. Dans tous les États, les gens sont gentils et nous faisons des rencontres agréables.

Je vise le top 5

Puisque la disponibilité d’hébergement dans des maisons privées est limitée cette semaine, j’ai choisi de profiter d’une chambre d’hôtel et la partager avec une autre athlète.

J’ai joué ici au Firekeeper Golf Course l’an dernier, alors je connais bien le terrain. Ce sont deux neuf trous très différents l’un de l’autre. Le premier neuf est assez ouvert, il y a très peu d’arbres, c’est surtout du foin ou des plantes comme sur les complexes de style «links». Le neuf de retour s’avère beaucoup plus étroit, à travers la forêt. En résumé, c’est un terrain que j’aime bien. Il est ­intéressant à jouer.

Le vent sera un facteur déterminant puisque c’est très plat ici et rien ne leur fait obstacle.

Je vise un top 5 cette semaine, c’est important pour moi de revenir au sein des 10 meilleures le plus vite possible. Même s’il reste encore cinq tournois, je ne veux pas que ça se décide au tout dernier. Je vais donc tâcher en ­priorité de me donner le maximum de chances d’oiselets.

– Propos recueillis par Yvan Martineau

 

Brèves

Vous désirez réagir à ce texte dans nos pages Opinions?

Écrivez-nous une courte lettre de 100 à 250 mots maximum à l'adresse suivante:

Vous pouvez aussi nous écrire en toute confidentialité si vous avez de l'information supplémentaire. Merci.