/lifestyle/techno
Navigation

Deux montres connectées qui ont de la classe

Deux montres connectées qui ont de la classe
Photo courtoisie

Coup d'oeil sur cet article

L’appétit des acheteurs pour les montres connectées n’est pas si grand en fin de compte. Mais tant qu’il y a de la vie il y a de l’espoir, dit l’adage. Alors, chacun à sa façon, Motorola et Samsung souhaitent bien raviver ce créneau tout naissant, et mettre à mal son apparente domination par Apple et sa Watch, avec deux nouvelles montres plus audacieuses — et plus durables — que leurs prédécesseures.

Motorola Moto 360 édition 2015

Deux montres connectées qui ont de la classe
Photo courtoisie

La Moto 360 de Motorola figurait déjà parmi les smartwatches les plus séduisantes. Déclinée en trois versions offertes en quatre finitions différentes, et auxquelles on peut greffer l’un ou l’autre d’une dizaine de bracelets différents, l’édition 2015 se positionne comme une des plus jolies montres connectées à ce jour. La finition est soignée, les matériaux sont de qualité, la mécanique est musclée et l’interface logicielle est probablement la plus ergonomique à ce jour. Difficile de faire mieux...

En fait, non. Un capteur GPS, en plus du cardiomètre et du podomètre déjà présents, aurait été l’idéal. Car les deux modèles «chic», à boîtier métallisé arrondi de 42 et 46 millimètres, ne l’ont pas. Seule l’édition Sport, de 42 mm, avec bracelet en un polymère doux et résistant, en sera dotée, plus tard cet hiver. Étonnamment, c’est une lacune commune aux montres connectées fabriquées par les sociétés informatiques (seule Microsoft fait bande à part), mais pas de celles aux origines plus «sportives» (dont Fitbit, seule marque à vendre plus de montres qu’Apple).

Il faudra donc choisir son camp entre l’urbaine et la sportive.

Pour le reste, la Moto 360 propose tout ce qu’on souhaite d’une belle montre connectée, pour homme ou femme. Android Wear affiche efficacement les alertes tirées de son téléphone et propose en prime quelque 4000 applications, pour stocker de la musique, déverrouiller sa porte de maison ou de voiture d’un mouvement du poignet, et quoi encore. Tout se commande via l’écran tactile, qui se tache rapidement, mais quelques mouvements du poignet et la commande vocale «Google Now» simplifient parfois son opération, possible d’une seule main.

L’appareil se charge sur un socle le transformant en horloge de chevet ou de bureau. Pas bête. Son processeur Qualcomm et sa pile livrent une à deux journées d’autonomie sans tracas. Ah, et on peut la jumeler au téléphone de son choix, incluant un iPhone, maintenant qu’Android Wear est disponible dans l’App Store d’Apple.

Reste à absorber son prix de détail, qui oscille entre 380 et 500 dollars. Car, oui, celle-là joue aussi la carte du luxe et de l’utilité. Mais elle joue bien...


Motorola Moto 360
  • Montre connectée à système Android Wear (Google)
  • Cadran de 42 (360 x 325 px) ou 46 mm (360 x 330 px) de diamètre
  • Boîtier fini en inox, anthracite, or ou or rose, bracelets en cuir, polymère ou inox
  • 1-2 jours d’autonomie (Pile de 300 ou 400 milliampères-heure, selon le modèle)
  • 380 $ et plus

Samsung Galaxy Gear S2

Deux montres connectées qui ont de la classe
Photo courtoisie

Les Galaxy Gear S2 et Gear S2 Classic seront mises en vente en octobre. Première montre à cadran arrondi de 42 mm de Samsung, elle possède quelques as dans sa manche la démarquant de la Moto 360 et de l’Apple Watch. Le logiciel Tizen qui l’anime, et ses icônes en forme de bulles, qu’on fait défiler d’une simple rotation de la lunette entourant le cadran, en témoignent.

Son écran Super AMOLED assure une forte densité de pixels qui compense, par sa clarté et ses détails précis, pour sa surface d’affichage étroite. La S2 Classic est presque aussi chic que ses rivales, mais Samsung opte d’abord pour l’utilité. Seule l’édition pouvant être munie d’une carte SIM (complètement inutile, à notre avis) est dotée d’un capteur GPS, ce qui en décevra plus d’un. La fiche technique est complétée par 4 go de stockage, pour la musique et les applications.

Samsung promet 2 à 3 jours d’autonomie et inclut un socle-chargeur. Pas de compatibilité universelle ici. Tizen est une plateforme exclusive à Samsung, bien garnie d’applications-clé, mais loin d’égaler Android Wear (ou même le Watch OS 2 d’Apple...), et ne se jumelle qu’à un téléphone de même marque pour les alertes et le suivi de l’activité physique.

Dommage. Samsung vend (de loin) la gamme la plus étendue de montres connectées, mais on sent encore une hésitation quant à la direction à prendre pour offrir un produit à la fois élégant, pratique, et abordable.


Samsung Galaxy Gear S2
  • Montre connectée à système Tizen (Samsung)
  • Cadran de 42 mm (360 x 360 px)
  • Boîtier en inox, bracelet en polymère ou cuir (Classic)
  • 2-3 jours d’autonomie
  • Prix n.d.