/news/currentevents
Navigation

Un journaliste du Journal poursuit la Sûreté du Québec

perquistion
Photo d’archives, éric yvan lemay Le 15 mars 2012 au matin, des enquêteurs de la SQ avaient mené une perquisition à la résidence du journaliste Éric Yvan Lemay à la suite d’une plainte.

Coup d'oeil sur cet article

La Sûreté du Québec et un journaliste du Journal s’affronteront en cour civile dès cette semaine, en lien avec une perquisition menée chez le reporter à la suite d’un de ses articles.

L’affaire remonte à février 2012, lorsque le journaliste Éric Yvan Lemay avait dévoilé que des hôpitaux de la région montréalaise conservaient des dossiers médicaux et d’autres informations sensibles sans surveillance, dans les corridors.

Le reportage avait fait grand bruit et le ministre de la Santé de l’époque, Yves Bolduc, avait fait part de ses inquiétudes face à cette situation troublante.

Mais des membres du personnel hospitalier avaient porté plainte pour ce qu’ils considéraient comme du vol et du trafic de renseignements confidentiels.

Filature

La SQ avait été saisie de l’affaire et, un mois plus tard, après avoir mené des opérations de filature et de surveillance sur le reporter et sa famille, des enquêteurs s’étaient présentés au domicile de M. Lemay pour y effectuer une perquisition. Aucune accusation n’avait finalement été déposée.

«Ces comportements et gestes de la SQ étaient abusifs, illégaux, totalement disproportionnés et, surtout, ils n’étaient en rien justifiés par les éléments qui ressortaient du reportage», peut-on lire dans la poursuite intentée par M. Lemay et Le Journal.

M. Lemay reproche à la SQ d’avoir, entre autres, violé son droit à la vie privée, son droit de propriété ainsi que d’avoir agi à l’encontre de la liberté de presse.

Avec Le Journal, ils réclament 425 000 $ en dommages punitifs et exemplaires.

La SQ se défend

La SQ rejette pour sa part les affirmations du Journal et de M. Lemay. Selon le corps policier, tout a été fait dans les règles de l’art.

«Tous les policiers de la SQ impliqués dans l'enquête ont fait preuve de diligence et de professionnalisme», peut-on lire dans la réplique du corps policier.

La SQ affirme d’ailleurs avoir pris contact avec un procureur de la Couronne «par prudence», afin «d’obtenir des conseils sur certains aspects de l’enquête et valider les orientations prises» dans cette enquête par le corps policier.

Les mandats de perquisition chez le journaliste avaient d’ailleurs été autorisés par un juge, rappelle la SQ dans un document de cour.

La SQ défend aussi sa décision d’avoir publié un communiqué vidéo où elle justifie la perquisition.

«Devant l’ampleur du mouvement provoqué par (Le Journal et M. Lemay) et l’absence de tribune accordée à la SQ, leurs représentants ont décidé de procéder à l’enregistrement (de la vidéo) et à la publication d’un communiqué, peut-on lire dans le document de cour. Cette démarche s’est avérée nécessaire afin de rectifier les faits et de préciser le rôle des policiers.»

Le procès, qui se déroulera au palais de justice de Montréal, est prévu pour une durée d’un peu plus d’une semaine.

 

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.