/news/education
Navigation

Coiteux froisse les enseignants

Le président du Conseil du trésor, Martin Coiteux.
Photo d'Archives Le président du Conseil du trésor, Martin Coiteux.

Coup d'oeil sur cet article

Le président du Conseil du trésor, Martin Coiteux, estime que les enseignants vont le suivre «s’ils ont vraiment à cœur l’intérêt des enfants et non pas une augmentation de salaire».

Il a laissé tomber ce commentaire lors d’un discours tenu lundi matin devant la Chambre de commerce de Québec et portant sur la rénovation de l’État.

Coiteux voulait ainsi interpeller les gestionnaires des organisations du réseau de l’éducation afin que, dans le cadre des réformes, ils «redoublent d’efforts et de jugement pour s’assurer que l’argent soit d’abord et avant tout utilisé au bénéfice des élèves, pas des structures», a-t-il dit.

Ses propos ont indisposé Josée Scalabrini, présidente de la Fédération des syndicats de l’enseignement.

«C’est inquiétant et décevant. Nous avons un président du Conseil du trésor qui ne comprend pas l’ensemble des enjeux en éducation», a-t-elle réagi.

«Quant à son inquiétude pour travailler à la recherche de solutions, c’est ce qu’on fait depuis des mois [...] Je suis inquiète de penser que le gouvernement n’a pas appris l’ampleur de ce qui se vit en éducation présentement», ajoute-t-elle.

Dans son discours, Martin Coiteux a martelé son dégoût du statu quo. «Il faut arrêter de surfer sur ce qu’on a fait dans le passé [...] On doit se remettre en question. On est à la croisée des chemins», a-t-il lancé. «C’est difficile, mais c’est à la hauteur de nos ambitions et de nos capacités.»

«Le symptôme le plus profond, c’est que les Québécois [...] ont comme l’impression qu’ils n’en ont pas pour leur argent. Qu’ils en mettent trop pour ce qu’ils reçoivent en échange. C’est ça qu’il faut avoir le courage de changer.»

Visite surprise

Pour présenter sa révision des programmes, le patron du Trésor n’a pas mâché ses mots sur la gestion des programmes sociaux par le passé. Il a soutenu que les programmes sociaux étaient souvent évalués en demandant aux bénéficiaires de ces programmes s’ils aimaient recevoir de l’argent et s’ils en voulaient plus. «Ils vont tous dire oui [...] Ce n’est pas comme ça que ça doit fonctionner!»

Manifestant devant l’hôtel où se tenait cette conférence, quelques syndiqués du secteur de la santé ont d’ailleurs effectué une visite surprise au début de la conférence. «On nous a demandé de négocier de bonne foi, a répliqué Coiteux. C’est exactement ce que l’on fait. Négocier de bonne foi pour le gouvernement du Québec, c’est aussi penser à l’ensemble des Québécois qui paient la facture [...] pas juste un groupe de Québécois.»

«Les robinets étaient grands ouverts. On les a resserrés un peu, mais l’eau continuer de couler [...] Je sais qu’on nous accuse de tous les maux, mais sincèrement [...] dans le contexte actuel, on fait des offres plus qu’honorables [...] et on le fait dans le respect des contribuables. Ce n’est pas possible de leur donner un peu d’oxygène?»

Brèves

Vous désirez réagir à ce texte dans nos pages Opinions?

Écrivez-nous une courte lettre de 100 à 250 mots maximum à l'adresse suivante:

Vous pouvez aussi nous écrire en toute confidentialité si vous avez de l'information supplémentaire. Merci.