/news/currentevents
Navigation

Enfant martyr d’Ottawa: battu et affamé par son père, policier de la GRC

Coup d'oeil sur cet article

OTTAWA – Un père violent, un enfant battu, affamé, attaché, l’horreur au quotidien a été racontée cette semaine au procès d’un policier de la GRC qui fait face à de nombreuses accusations, entre autres pour voies de fait.

«Mon père ne voulait pas me détacher pour aller aux toilettes. Je devais y aller par moi-même», a raconté le garçon à un détective de la police d’Ottawa dans une déclaration filmée en juin 2013, a rapporté le Ottawa Citizen.

L’enfant, qui était âgé de 11 ans à l’époque et qui en a 13 aujourd’hui, a passé des mois enchaîné au sous-sol de la maison familiale dans le secteur Kanata, à Ottawa. Il a raconté que son père l’avait enchaîné peu de temps après un voyage familial en Floride.

Son père a même filmé des interrogatoires troublants durant lesquels il tente de forcer son fils, nu et enchaîné, à avouer de soi-disant péchés, comme embrasser une fille dans un arbre.

Il était nourri avec du beurre d’arachide, du pain et de l’eau, généralement deux fois par jour. Il ne pesait que 50 livres lorsqu’il s’est évadé en février 2013 parce qu’il avait soif et les médecins ont déclaré qu’il était alors à l’article de la mort.

La vidéo de son témoignage a été présentée jeudi lors du procès. La victime a écouté en silence lors de la deuxième journée de son témoignage.

Son père, qui était à l’époque spécialisé dans le contre-terrorisme à la GRC, s’occupait de son éducation à la maison parce qu’il avait «des pensées impures». Lorsqu’il donnait une mauvaise réponse, son père perdait la tête et se mettait à le frapper, a raconté le garçon.

Les punitions étaient violentes. Son père le forçait à faire des pompes, mais il était si faible qu’il n’y arrivait pas. Cela entraînait des punitions encore plus violentes.

«Il a frappé ma tête sur le plancher. Mon nez saignait. Je me suis évanoui, puis je me suis réveillé et je saignais sur le plancher», a raconté l’enfant au détective. À une autre occasion, son père a failli le noyer en mettant sa tête dans la toilette.

Sa belle-mère lui rendait visite «presque chaque jour» lorsqu’il était enchaîné au sous-sol, a aussi indiqué l’enfant.

Le père, qui est âgé de 44 ans, et la belle-mère, âgée de 36 ans, sont accusés de séquestration, de voies de fait et de ne pas avoir répondu aux besoins essentiels de l'enfant. Ils sont tous deux en liberté sous caution.

Son père est suspendu de la GRC. Il est aussi accusé d’agression sexuelle grave.

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.