/lifestyle/techno
Navigation

Un routeur WiFi pour les nuls... ou pour les naïfs?

Google OnHub
Photo Courtoisie Google OnHub

Coup d'oeil sur cet article

Soucieuse de continuellement simplifier la vie des gens grâce à la magie d’internet, Google vient de mettre en marché un routeur WiFi «pour les nuls» appelé OnHub. Doté d’une mécanique particulièrement étrange, et d’une silhouette qui brise définitivement le moule des routeurs domestiques, cet appareil suscite toutefois plus de questions qu’il n’en résout!

Comme pour les autres produits Google, le routeur OnHub est signé Google, mais fabriqué par un tiers. Dans ce cas-ci, la société TP-Link, déjà réputée pour une certaine audace en matière de réseautique grand public, a assemblé un appareil dont les composants laissent place à tout plein d’interprétation: 12 antennes WiFi plus une treizième pour détecter les interférences, une autre antenne pour un protocole de domotique appelé ZigBee (nom de code 802.15.4), une compatibilité avec le protocole Bluetooth et un port USB 3.

Or, la seule chose qui fonctionne, dans tout ça, c’est le WiFi. Avouez que c’est décevant... Et si vous possédez plus d’un ordinateur de bureau que vous aimeriez connecter au réseau par ­câble, via Ethernet, vous aurez tout le loisir de pester contre le seul et unique port équipant ce routeur. Évidemment, un commutateur peut ­régler le problème, mais c’est une solution beaucoup moins élégante (et plus coûteuse).

Parlant du WiFi, de ce côté, ça va plutôt bien. Le débit maximal théorique est de 1900 mégabits/seconde (Mb/s), mais l’OnHub demeure compatible avec pas mal tout ce qui possède une antenne WiFi grâce à sa double bande. Le signal est plutôt bon, et le débit réel est dans la moyenne des produits de ce genre.

Sa configuration, minimaliste, est probablement idéale pour la plupart d’entre nous: elle se fait via une application pour téléphone, laquelle repère le routeur grâce à un son spécifique émis par son haut-parleur. On indique le nom, un mot de passe, et c’est prêt à partir. L’application ­détaille ensuite l’état du réseau entrant (entre votre fournisseur et vous) et le réseau local ­(entre le routeur et vos divers appareils WiFi), au besoin, et donne de l’information sur la consommation de bande passante au cas par cas.

Pratique pour savoir lequel fait sauter la ­limite d’un forfait mensuel trop modeste parmi ordinateurs, téléphones, iPod, consoles de jeux vidéo, et tout ce qui meuble la maison unifamiliale moderne...

L’administration du réseau WiFi est sans conteste la portion «pour les nuls» de ce routeur. Les habitués recherchant des réglages avancés (attribution manuelle d’adresses IP, RPV, etc.) devront aller voir ailleurs... ou ­attendre une éventuelle mise à niveau de leur OnHub.

Un espion venu du futur ?

Bon joueur, Google promet justement ces mises à niveau du micrologiciel le plus rapidement possible, possiblement d’ici Noël, qui donneront vie aux autres fonctions de cet appareil. Car s’il fait surtout office de routeur WiFi (par ailleurs assez joli pour trôner sur une étagère bien en vue de la maison), l’OnHub compte ­devenir le point central de tous les appareils connectés de votre demeure.

C’est là où le Bluetooth et le ZigBee entrent en jeu: le premier protocole sans fil est bien connu et sert déjà à jumeler divers petits appareils ­entre eux. Le second est une norme adoptée pour favoriser l’échange d’information pour des groupes d’appareils connectés. Pensez à des ampoules DEL, la climatisation centrale, une station météo, des caméras de surveillance, la serrure de la porte d’entrée, etc.

Naturellement, cela exige d’opter pour des appareils connectés certifiés ZigBee, ce qui sous-entend qu’on a le goût de s’acheter de tels appareils, pour commencer, puis de confier leur gestion à Google, qui n’affiche aucune gêne quand vient le temps de récolter les données d’utilisation de ses fidèles adeptes. Autrement dit, on a là plusieurs bonnes raisons de ne pas acheter ce routeur, pourtant très simple d’utilisation, mais ô combien coûteux, à 270 $.

Pour le prix, et pour le temps qu’il faudra avant d’utiliser à fond toutes les capacités du OnHub, on doute déjà de sa pertinence sur le marché. Pour le concept, qui est de proposer un routeur «pour les nuls» doté de fonctions très, très poussées, qui seront activées ultérieurement, c’est encore plus louche.

Bref, voilà un routeur pour les nuls qui ­semble davantage conçu pour des gens naïfs... ou sinon très, très patients!

Google OnHub

  • Routeur WiFi AC (802.11ac/b/g/n) à double bande (2,4 GHz/5 GHz)
  • 1 entrée Ethernet (WAN)
  • 1 sortie Ethernet (LAN)
  • Bluetooth, 802.15.4 (ZigBee)
  • Port USB 3
  • Haut-parleur
  • 270 $