/news/society
Navigation

Des vendanges exceptionnelles à 30 minutes de Montréal

Coup d'oeil sur cet article

Les vendanges pourraient être exceptionnelles cette année pour les producteurs de la Montérégie, en raison du temps chaud et ensoleillé de l’été qui s’achève.

Au vignoble Mas des Patriotes de Saint-Jean-sur-Richelieu, les vendanges pourraient permettre de cueillir jusqu’à 15 % plus de raisins qu’en 2014.

Les propriétaires ont bon espoir de récolter deux tonnes de raisins supplémentaires cette année. Au total, les récoltes permettront de produire quelque 13 000 bouteilles.

«Les taux de sucre dans les fruits sont extraordinaires et c’est ce qui nous donne notre rendement en alcool», explique la copropriétaire du vignoble, France Cliche.

Sur la quarantaine de vignobles de la Montérégie, plusieurs profitent de l’engouement des amateurs pour obtenir une main-d’œuvre bon marché le temps des vendanges. Deux cents personnes ont accepté de travailler bénévolement au Mas des Patriotes, soit une cinquantaine par fin de semaine pour le prochain mois.

«On adore le vin. On avait envie de voir d’où ça vient», raconte Stéphane Sabbag de Montréal.

«Je me sens italienne! C’est surprenant de voir qu’on peut faire ça au Québec. Il y a de quoi être fier», ajoute sa conjointe Leyla Bi Cori.

Route méconnue

La tradition des vendanges qui se poursuit depuis maintenant 6 ans est à ce point populaire que le vignoble est contraint de refuser plusieurs personnes chaque année.

Malgré tout, la route des vins de la Montérégie reste méconnue comparée à celle des Canton-de-l’Est.

«Les gens ne savent pas qu’il y a autant de vignobles à 30 minutes de Montréal et qu’on peut faire les vendanges. Plusieurs pensent encore qu’il faut aller en Europe pour faire ça», explique Mme Cliche.

Samedi, les bénévoles ont cueilli des raisins nordiques de cépage Frontenac gris qui serviront à la composition du vin blanc Mansarde 2015.

Produit du terroir

Après la cueillette, les fruits doivent être rapidement réfrigérés pour ensuite être égrappés, puis pressés avant de commencer le processus de fermentation.

Longtemps boudés par les consommateurs, les vins québécois ont de plus en plus la cote depuis quelques années.

«Il y a une jeune clientèle qui est intéressée par tout ce qui est produit du terroir. Je suis étonnée de voir comment les jeunes filles dans le début trentaine connaissent le vin», explique la viticultrice qui croit que cet engouement n’est pas étranger aux récents succès des vins québécois à la SAQ.

«Ça a été une bataille de longue haleine. Maintenant, c’est le public qui est derrière nous. Ce sont les gens qui veulent avoir les produits du Québec à la SAQ.»

 

Brèves

Vous désirez réagir à ce texte dans nos pages Opinions?

Écrivez-nous une courte lettre de 100 à 250 mots maximum à l'adresse suivante:

Vous pouvez aussi nous écrire en toute confidentialité si vous avez de l'information supplémentaire. Merci.