/news/currentevents
Navigation

23 mois de prison pour avoir tué son fils en conduisant ivre

Geneviève Lemay a fondu en larmes au moment de la sentence.
Photo tirée de facebook Geneviève Lemay a fondu en larmes au moment de la sentence.

Coup d'oeil sur cet article

VICTORIAVILLE | Une mère de famille a été condamnée à 23 mois de prison pour avoir tué son fils de 10 ans alors qu’elle conduisait en état d’ébriété.

Geneviève Lemay conduisait avec un taux de 0,09, soit 0,01 de plus que la limite permise, en janvier 2013 lorsqu’elle a provoqué un accident. Son fils Jeffray est mort sur le coup.

La sentence aurait sans doute été plus clémente si Mme Lemay n’avait pas été à nouveau arrêtée en juin dernier en état d’ébriété.

Mme Lemay a plaidé coupable à une accusation de conduite avec capacités affaiblies causant la mort de son fils et des lésions à trois personnes. Elle s’est vu imposer 15 mois d’emprisonnement, qui s’ajoutent aux 8 mois de détention préventive déjà effectués.

À sa sortie de prison, il lui sera interdit de conduire pendant quatre ans.

Jeffray Lemay, Décédé
Photo tirée de facebook
Jeffray Lemay, Décédé

Peine sévère

La sentence rendue lundi par le juge Bruno Langelier, au palais de justice de Victoriaville, est bien au-delà des 90 jours de prison demandés par l’avocat de la défense, Me Guy Boisvert.

«C’est une peine sévère», considère-t-il. Il constate que la récidive de sa cliente, l’été dernier, a pesé lourd dans la balance.

Mme Lemay avait été arrêtée en train de conduire un véhicule avec un taux d’alcoolémie s’élevant à 194 mg d’alcool pour 100 ml de sang.

«Elle était souffrante et sans aide», a exposé le juge Langelier, qui croit sincères les remords de l’accusée.

Ce dernier n’est pas convaincu que l’alcool soit véritablement responsable de l’accident tragique, sans nier qu’il ait pu altérer le jugement et les réflexes de la conductrice, qui a pris le volant malgré les conditions climatiques médiocres.

«Peut-être aurait-elle dû avoir la sages­se d’éviter de prendre la route», a déclaré le juge.

 

Brèves

Vous désirez réagir à ce texte dans nos pages Opinions?

Écrivez-nous une courte lettre de 100 à 250 mots maximum à l'adresse suivante:

Vous pouvez aussi nous écrire en toute confidentialité si vous avez de l'information supplémentaire. Merci.