/news/currentevents
Navigation

Petit Jérémy: Mike Ward est-il allé trop loin?

L’humoriste fait l’objet d’une plainte pour s’être moqué du handicap du jeune chanteur Jérémy Gabriel

Mike Ward
Photo Agence QMI, Sébastien St-Jean Mike Ward avait fait retirer de son site web les sketches concernant le jeune Jérémy Gabriel, mais ils ont continué de circuler sur YouTube et sur les réseaux sociaux.

Coup d'oeil sur cet article

Valérie Gonthier et Baptiste Zapirain, Le Journal de Montréal

Valérie Gonthier et Baptiste Zapirain, Le Journal de Montréal

Plusieurs blagues se moquant du handicap du petit Jérémy ont valu à Mike Ward une plainte qui relance le débat sur le droit de provoquer en humour, certains croyant qu'il est allé trop loin et d'autres que la censure n’a pas sa place.

«Une blague caricaturale sur un groupe de personnes, on peut parler de liberté d’expression. Là, il s’en est pris à une personne, il l’a planté en fonction d’un motif précis, soit son handicap. Le petit Jérémy, ce n’est pas de sa faute s’il est handicapé», commente Me Louis-Philippe Lampron, enseignant en droit à l’Université Laval.

Ce serait une amie de Jérémy Gabriel qui a déposé une plainte contre Mike Ward à la Commission des droits de la personne, qui s’est finalement saisie du dossier.

Une audience est prévue aujourd’hui au palais de justice de Montréal, écrit sur sa page Facebook le chanteur, surnommé le petit Jérémy mais désormais âgé de 18 ans.

Discrimination

Dans son spectacle Mike Ward s’eXpose, joué durant l’année 2012, l’humoriste se moque notamment du handicap du petit Jérémy, atteint du syndrome de Treacher Collins, qui entraîne des difformités à la tête.

Il décrit alors le jeune chanteur comme «le petit qui avait comme un subwoofer [caisson de basse] sur la tête».

L’humoriste rit aussi de ses prestations musicales devant le pape Benoit XVI et Céline Dion.

Je n'ai pas eu le temps d'écouter la télé/radio ou suivre qu'est-ce qui se passait sur les réseaux sociaux mais on m'a...

Posted by Mike Ward on mardi 22 septembre 2015

La Commission des droits de la personne réclame que l’humoriste verse 80 000 $ de dommages moraux et punitifs à Jérémy Gabriel et ses parents, pour atteinte à la dignité et discrimination en raison du handicap.

«S’en prendre à lui, à son apparence physique... je trouve que ça ne regarde pas bien», explique Me Louis-Philippe Lampron.

«Mike Ward a beau dire que le petit Jérémy est une personnalité publique, ce n’est pas la même chose que Philippe Couillard, Pierre Karl Péladeau ou un joueur de hockey, qui sont des gens de pouvoir. C’est une personne en situation de vulnérabilité», ajoute-t-il.

Risque de censure

Malgré cela, le professeur de droit à l’Université de Montréal Pierre Trudel espère que Mike Ward ne sera pas condamné.

«Je trouverais ça très inquiétant. Ça aurait un effet réfrigérant, il deviendrait trop difficile pour les humoristes de choisir leurs sujets» craint-il, redoutant «un tourbillon de censure».

Pour Pierre Trudel, la Charte des droits et libertés de la personne ne sert pas à empêcher les artistes de critiquer ou se moquer des personnes célèbres.

«Cela fait partie des inconvénients d’être une personnalité publique», lâche-t-il.

Comme les sketches se répandent très vite sur les réseaux sociaux, Pierre Trudel pense qu’il faut «plutôt développer une capacité à être plus indifférent, avoir l’épiderme moins sensible».

Mike Ward plaidera la liberté d’expression artistique, a fait savoir son avocat, Me Julius Grey.

L’humoriste n’a pas commenté. Mais en décembre dernier, il avait déclaré au Journal: «Si ça me fait rire, je le fais [le sketch]. Mais je ne veux jamais faire des choses qui vont contre mes valeurs ou ma moralité. [...] Et souvent la ligne entre les deux est mince.»

Ni Jérémy Gabriel ni ses parents n’ont retourné les demandes d’entrevue du Journal.

D’autres humoristes se sont pris les pieds dans le tapis

  • Jean-François Mercier: cet été, il s’étonne que les femmes habillées sexy se plaignent des regards des hommes.
  • Guillaume Wagner: en 2012, il dit de la chanteuse Marie-Élaine Thibert qu’elle est laide.
  • Mike Ward: en 2008, il blague sur Cédrika Provencher, jeune fille disparue.
  • Normand Brathwaite: en 2000, l’animateur de Piment fort est critiqué pour des blagues jugées homophobes.
 

Extraits du mémoire déposé par la Commission des droits de la personne:

«Jérémy Gabriel a été profondément blessé, vexé et humilié.»
 
«Il a été victime de railleries à l’école après la diffusion des sketches et capsules du défendeur sur internet.»
 
«Il a par le fait même perdu la motivation d’aller à l’école et de continuer ses projets».
 
«Dans une entrevue [...], monsieur Ward a admis que “c’était un très mauvais move de parler du petit Jérémy, mais si je ne faisais pas de mauvais moves je ne serais pas moi”».
 
«Monsieur Ward s’est aussi attaqué aux parents de Jérémy dans ses sketches en les accusant notamment de “faire de l’argent sur le dos de leur enfant”».

Brèves

Vous désirez réagir à ce texte dans nos pages Opinions?

Écrivez-nous une courte lettre de 100 à 250 mots maximum à l'adresse suivante:

Vous pouvez aussi nous écrire en toute confidentialité si vous avez de l'information supplémentaire. Merci.