/news/currentevents
Navigation

Une famille bouleversée par la mort de la femme disparue

La thèse d’un acte criminel écartée par la police

Doris Hallé Tremblay
photo courtoisie, Régie intermunicipale de police Richelieu-Saint-Laurent Doris Hallé Tremblay

Coup d'oeil sur cet article

SAINTE-JULIE | Le conjoint de Doris Hallé-Tremblay est tellement bouleversé par les événements qu’il peine à en parler depuis que les enquêteurs lui ont annoncé la mort de sa femme hier. Les policiers ont exclu la cause criminelle pour expliquer le décès.

La voiture et le corps de Doris Hallé-Tremblay, 71 ans, ont été retrouvés dans une érablière de Calixa-Lavallée en Montérégie hier. La voiture était calcinée et le corps était situé à côté de la voiture du côté passager. À la suite de l’enquête, les policiers ont déterminé qu’il n’y avait rien de criminel dans cette affaire. La dame âgée aurait pu tout simplement se perdre après avoir été faire son marché chez Metro.

Les fils de Doris Hallé-Tremblay, Christian et Martin Hallé ont indiqué être très affectés par les événement et que leur père a peine à parler depuis les événements.

Le cadavre de Doris Hallé-Tremblay a été formellement identifié mercredi après-midi. « On est complètement bouleversé, mais en même temps soulagé de l’avoir enfin retrouvée », a raconté Christian. « On était mort d’inquiétude. On la cherchait partout depuis deux semaines », a ajouté son frère Martin.

Visiblement ébranlés, les deux hommes ont expliqué n’avoir aucune idée comment la voiture de leur mère s’est retrouvée calcinée dans un secteur isolé de Calixa-Lavallée. « On ne connaissait pas du tout le secteur et elle non plus. On n’a aucune idée comment elle s’est retrouvée-là. On aimerait maintenant que vous nous laissiez vivre notre deuil dans l’intimité », a conclu Christian Hallé. Leur père, Gilles Hallé, n’était pas à la résidence familiale lors du passage du Journal.

Thèse criminelle écartée

L’autopsie réalisée sur le corps a permis aux policiers d’identifier la dépouille de Doris Hallé-Tremblay mercredi en fin d’après-midi. « La thèse criminelle dans ce dossier est écartée suite à l'autopsie et à l'examen de la scène. L’enquête se poursuit afin de déterminer les circonstances de l’incendie et du décès », a écrit le capitaine Yanic Parent dans un communiqué.

C’est un passant, Paul-Aimé Roy, qui a découvert le cadavre gisant du côté passager de la voiture abandonné, vers 10h30 mardi. Les policiers ont confirmé plus tard dans la journée qu’il s’agissait bien du Nissan Sentra que conduisait la septuagénaire et que le corps retrouvé était celui d’une femme.

Doris Hallé-Tremblay, 71 ans, a quitté son domicile de Ste-Julie le 6 septembre dernier sans avoir touché à son petit-déjeuner et sans avoir apporté d’effets personnels. Elle a été vue pour la dernière fois lors d’une transaction dans un supermarché de son quartier. Des recherches ont été effectuées autour de Verchères de même que le long de la rivière Richelieu et du fleuve Saint-Laurent pour tenter de la retrouver. Un signal GPS avait laissé croire aux policiers que le véhicule se trouvait dans ce secteur.