/news/politics
Navigation

Sondage: les conservateurs en tête, le NPD recule

Thomas Mulcair
Photo Le Journal de Québec, Simon Clark

Coup d'oeil sur cet article

Si les élections fédérales avaient lieu aujourd’hui, le Parti conservateur pourrait bien être réélu, selon un sondage réalisé par la firme Ekos, publié dans La Presse.

Les libéraux se situent au deuxième rang alors que le parti néo-démocrate glisse au troisième rang.

Le dossier du niqab serait la raison d’une tellle progression du parti de Stephen Harper, qui est le seul à s’être positionné contre le niqab et à s’être engagé à l’interdire lors des cérémonies de prestation du serment de citoyenneté.

Selon le sondage, les appuis de Harper ont bondi de près de six points, atteignant 35,4 % des suffrages. Cela pourrait permettre à Harper d’au moins former un gouvernement minoritaire.

Une remontée qui semble nuire au NPD, qui se retrouve au troisième rang dans les intentions de vote. Les appuis à Thomas Mulcair ont en effet chuté de 5,4 points à l’échelle nationale, pour 24,5 % des suffrages, selon la firme Ekos.

Le Parti libéral se positionne au 2e rang, récoltant 26,3 % des appuis, pour une baisse de 1,1 point de pourcentage.

Au Québec

Au Québec, le NPD perd aussi des plumes aux mains de ses rivaux libéraux, conservateurs et bloquistes, selon un nouveau sondage Léger, publié par le quotidien The Globe and Mail.

À la veille du premier débat des chefs en français, le NPD reçoit l’appui de 38 % des électeurs québécois, en baisse de huit points par rapport à il y a trois semaines. Les autres partis sont tous en hausse.

Les libéraux gagnent deux points et sont maintenant à 22 %. Le Bloc québécois remonte aussi de deux points pour recueillir 20 % des intentions de vote, alors que les conservateurs remontent de cinq points et recueillent 18 %.

«Le NPD avait le vent dans les voiles, mais maintenant ils sont confrontés à des vents contraires», a déclaré au Globe and Mail le sondeur Jean-Marc Léger, qui a ajouté que le parti de Thomas Mulcair semble lutter pour «maintenir ensemble la coalition d’électeurs» qui a permis au parti de faire une percée historique en 2011.

Le Bloc québécois et le Parti conservateur semblent profiter de la controverse entourant le niqab. Les deux partis estiment que personne ne devrait prêter le serment de citoyenneté à visage couvert, alors que Thomas Mulcair a déclaré qu’il ne forcerait pas une femme à retirer son niqab durant une cérémonie de citoyenneté.