/entertainment/comedy
Navigation

Affaire du «petit Jérémy»: Mike Ward brise le silence à l'émission d'Éric Salvail

Mike Ward
Photo d’archives

Coup d'oeil sur cet article

Poursuivi par la Commission des droits de la personne et des droits de la jeunesse (CDPDJ) au nom de la famille de Jérémy Gabriel, Mike Ward brisera le silence à l’émission d’Éric Salvail, jeudi après-midi.

Mike Ward était au micro d’Éric Salvail, jeudi après-midi. Il est revenu, pour la première fois, sur l’affaire du «petit Jérémy».

Même si l’animateur de l'émission Éric et les Fantastiques a tenté à plusieurs reprises de faire parler l'humoriste, Mike Ward a été avare de commentaires. «Je ne peux rien rien dire», a tranché l’artiste dont le procès a débuté hier.

Un procès à 50 000 $

Peu importe l’issue du procès, l’humoriste estime que toute cette affaire lui coûtera autour de 50 000 $. 

Il faut dire que c’est l'avocat de renom Julius Grey, spécialiste en matière de liberté d'expression, qui représente Mike Ward dans cette affaire. «Je voulais avoir le meilleur avocat au monde», a-t-il raconté à Éric Salvail.  

Même s’il aurait préféré ne pas être impliqué dans un procès de la sorte, Mike Ward considère qu’il est souhaitable de débattre socialement sur la question de la liberté d’expression en humour. «Je ne trouve pas ça mauvais qu’on ait un débat sur l’humour.»

De nombreuses réactions

Questionné à savoir s’il lisait les commentaires que lui adressent les internautes, Ward a expliqué vouloir garder une distance par rapport à ce qui se dit dans les médias sociaux. «Aussitôt que tu lis, tu as le goût de répondre et d’aller sur Facebook pour montrer que tu es une bonne personne et tu as l’air niaiseux.»

Il a néanmoins raconté avoir reçu, jeudi, un courriel de l’humoriste et animateur Boucar Diouf qui l’a fait beaucoup rire.

Poursuite pour diffamation

Rappelons que l’humoriste est poursuivi pour diffamation par la Commission des droits de la personne et des droits de la jeunesse (CDPDJ), au nom de la famille de Jérémy Gabriel.

Ce dernier affirme avoir été victime d'intimidation à l'école à la suite du spectacle Mike Ward S'eXpose dans lequel l’humoriste faisait allusion à son handicap. Il est atteint du syndrome de Treacher Collins qui cause notamment une déformation du visage. Le jeune homme et ses parents réclament 80 000 $ à l’artiste en dommages punitifs et moraux.

Par ailleurs, Mike Ward sera de retour devant les tribunaux au mois de février prochain.