/news/politics
Navigation

Fin du monopole de la SAQ : des scénarios cet automne

Le ministre Carlos Leitao fera une présentation à ses collègues ministres

Si jamais le gouvernement donne le feu vert à la libéralisation de la vente d’alcool au Québec, la fin du monopole de la SAQ ne serait toutefois pas pour demain matin.
Photo Le Journal de Québec, Jean-François Desgagnés Si jamais le gouvernement donne le feu vert à la libéralisation de la vente d’alcool au Québec, la fin du monopole de la SAQ ne serait toutefois pas pour demain matin.

Coup d'oeil sur cet article

Des scénarios mettant fin au monopole de la Société des alcools du Québec (SAQ) seront présentés dès cet automne par le ministre Carlos Leitao, a appris Le Journal.

Bien avant le rapport de la Commission Robillard sur la révision des programmes, le ministère des Finances avait entrepris une réflexion sur la mainmise de la SAQ sur l’industrie des vins.

«Cette question était déjà à l’examen. Je n’avais pas besoin que la Commission me dise de le faire, on était déjà en train de la réaliser», a admis mercredi M. Leitao, au cours d’un bref entretien avec notre Bureau parlementaire.

Le gouvernement libéral n’a pas l’intention de laisser traîner les choses. Les scénarios concoctés par les fonctionnaires des Finances seront présentés aux membres du cabinet Couillard d’ici quelques semaines à peine.

Le ministre des Finances du Québec, Carlos Leitao.
Photo Le Journal de Québec, Simon Clark
Le ministre des Finances du Québec, Carlos Leitao.

Est-ce qu’on connaîtra bientôt un scénario de fin du monopole de la SAQ? «Il faut le faire de façon minutieuse, s’assurer de valider tous les scénarios et prendre une décision. Ça va être cet automne que moi, en tant que ministre, proposerai quelque chose aux collègues, au Conseil des ministres», a confié Carlos Leitao.

Mais si jamais le gouvernement donne le feu vert à la libéralisation de la vente d’alcool au Québec, la fin du monopole n’est pas pour demain matin. «Ça demanderait, je le dis au conditionnel, des modifications législatives et ça risque de prendre un certain temps», a-t-il précisé.

Bonnardel revient à la charge

Le gouvernement Couillard avait ouvert la porte à la fin du contrôle de l’industrie des vins par la SAQ lors dévoilement du rapport Robillard, fin août. L’absence de concurrence rend la SAQ inefficace, ont conclu les auteurs.

Le député caquiste François Bonnardel est d’ailleurs revenu à la charge mercredi pour réclamer une commission parlementaire sur l’avenir de la SAQ.

Le député de Granby a rappelé qu’il existe déjà un modèle mixte public-privé pour la vente d’alcool au Québec qui a fait ses preuves: le marché de la bière.

Vins québécois

Une première brèche dans le monopole de la SAQ sera également créée d’ici peu avec le projet de loi sur les vins québécois, qui pourront être vendus directement dans les épiceries et les dépanneurs.

Recommandation de la commission Robillard sur la révision des programme:

Que le gouvernement libéralise le commerce des vins et spiritueux, en prenant les moyens nécessaires pour protéger les revenus actuellement perçus sous la forme de dividendes. La SAQ serait ainsi mise en concurrence avec d’autres entreprises.

La SAQ en chiffres

Bénéfice net pour 2014: 1,021 milliards $

Nombre d’employés: 5526

Nombre de succursales: 401

Brèves

Vous désirez réagir à ce texte dans nos pages Opinions?

Écrivez-nous une courte lettre de 100 à 250 mots maximum à l'adresse suivante:

Vous pouvez aussi nous écrire en toute confidentialité si vous avez de l'information supplémentaire. Merci.