/opinion/blogs/columnists
Navigation

Nos auteurs

CA_Steve E. FortinCA_Stéphane Lessard

Freiner la chute

Thomas Mulcair
Photo AGENCE QMI, MARTIN ALARIE

Coup d'oeil sur cet article

Le débat de ce soir à la SRC sera surtout celui de Tom Mulcair, le chef du NPD. D’abord parce que son parti demeure en tête au Québec et qu’il sera donc la cible principale des quatre autres chefs.
Surtout parce que les sondages indiquent une chute brutale de ses appuis depuis une dizaine de jours. Un sondage IPSOS, puis un Léger, pointent dans la même direction.

Selon les deux firmes, le NPD serait tombé sous la barre des 40 % pour la première fois depuis le début de la campagne. Jean Lapierre a ajouté une précision sur les ondes : le NPD perdrait un point par jour depuis une dizaine de jours. On parle ici d’une chute vertigineuse. 


Si ce n’était que ça. En Ontario, c’est encore pire. Selon Nanos, IPSOS et Léger, le NPD traîne de la patte, loin derrière les libéraux et les conservateurs. Dans les faits, le NPD est largué dans le reste du Canada. Seul son score au Québec lui permet de garder vivante la fiction selon laquelle le parti orange serait encore en position de remplacer le gouvernement Harper. Si le NPD perdait son avance au Québec, cette fiction volerait en éclat. Chantal Hébert l’explique dans le Star et Adam Radwanski dans le Globe.
Tom Mulcair n’a donc pas le choix. Il doit gagner avec éclat le débat de ce soir pour freiner la chute de son parti au Québec. Il doit convaincre les Québécois de ne pas lâcher le NPD. Ce sera le moment le plus important de la vie politique de ce politicien de carrière.
Il doit freiner sa chute, s’il veut éviter un atterrissage en catastrophe.

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.