/weekend
Navigation

«Comme si Phil Collins avait oublié de sortir un album dans les années 80»

«Comme si Phil Collins avait oublié de sortir un album dans les années 80»
Photo courtoisie

Coup d'oeil sur cet article

Après s’être fait un nom en imitant quasiment à la perfection Phil Collins dans une série de spectacles hommage, Martin Levac lance un nouvel album de chansons originales. Les fans de l’artiste québécois ne seront cependant pas dépaysés. Ça sonne comme du Phil Collins et «c’est assumé», confie Levac.

Dès la première chanson, la très pop et cuivrée 1985 (qui est aussi le titre de cet album inspiré des années 80), on se replonge dans l’univers de l’ancien chanteur et batteur de Genesis.

«Je suis influencé par lui et je ne m’en cache pas. C’est très Collins au niveau des voix et du drum. En fait, c’est comme si Phil Collins avait oublié de sortir un album dans les années 80», dit-il.

Mais il n’y a pas que Collins qui a donné de l’inspiration à Levac durant l’enregistrement de 1985, un album totalement en anglais.

«Il y a aussi Michael Jackson, Earth, Wind and Fire. La chanson Just Keep On Going, pour moi, c’est une “toune” de Tears For Fears.»

On retrouve aussi une reprise de True Blue, de Madonna. «Je voulais une reprise, mais tout le monde me proposait des “tounes” de gars. Moi, je voulais surprendre et avoir une chanson interprétée par une fille. True Blue m’est venue lors d’un voyage à Nice. Sur le bord de la Méditerranée, le ciel est bleu, la mer est bleue, et je me suis mis à chanter ça spontanément à ma femme», relate Levac.

Financé en partie grâce à une campagne Kickstarter qui a recueilli 20 000 $, soit quatre fois plus que l’objectif initial, 1985 n’est pas le premier album solo de Martin Levac. Avant de monter son spectacle Dance Into the Light, il avait lancé L’amour ou le sexe, en 2000, et Influence, en 2006.

«Ça n’avait pas eu beaucoup de rayonnement. C’était de la pop influencée par la musique progressive», rappelle Levac.

Une année charnière

Au fait, pourquoi avoir choisi 1985 comme titre?

«J’avais 14 ans en 1985. À cet âge, on est des éponges à musique. On emmagasine la trame sonore de notre vie. Si tu as découvert Led Zeppelin à 14 ans, tu vas l’aimer toute ta vie. Je regarde les 100 meilleures chansons de 1985 et il n’y en a pas une que je n’aime pas.»

Tournée?

Pour le moment, une tournée de l’album 1985 n’est pas à l’ordre du jour. Martin Levac continuera plutôt de faire ses spectacles hommage à Phil Collins.

«Si l’album marche bien, je verrai avec la demande», indique-t-il, faisant valoir les coûts importants pour organiser une tournée.

Chose certaine, que 1985 ait du succès ou pas, un artiste anglais bien connu du public aura son exemplaire bientôt.

«L’enveloppe de Phil Collins est dans la boîte près de moi», rigole Martin Levac.


1985, de Martin Levac, est disponible depuis le 18 septembre.