/lifestyle/columnists
Navigation

Un canard centenaire

PRESSE-IMPRIMERIE-CANARD ENCHAINE
photo courtoisie Le Canard enchaîné, qui arrive à 100 ans, continue de prospérer en appliquant une formule d’apparence très «rétro».

Coup d'oeil sur cet article

Une édition papier seulement. Pas ­d’internet. Aucune publicité. C’est la recette de l’hebdomadaire de satire et d’information français Le Canard enchaîné, qui fête son centenaire.

Une édition papier seulement. Pas ­d’internet. Aucune publicité. C’est la recette de l’hebdomadaire de satire et d’information français Le Canard enchaîné, qui fête son centenaire.

La publication arrive à 100 ans avec une ­situation économique enviable: un chiffre ­d’affaires de 24 millions d’euros, des bénéfices de 2,4 millions d’euros et 70 salariés qui comptent parmi les mieux payés de la presse française.

En fait, le «vrai» centenaire du Canard tel qu’on le connaît sera l’an prochain: le journal, qui a vu le jour le 10 septembre 1915, s’est ­sabordé après cinq numéros pour reparaître en 1916 avec une nouvelle formule. L’anniversaire n’en a pas moins été souligné par nombre de ­médias, visiblement fascinés par la réussite de sa formule ancrée dans un autre siècle. Le ­Canard enchaîné mise sur le texte en abondance et quelques dessins (mais pas de photos), ­enrobés d’une maquette austère. Le tout, sur ­papier seulement: le site internet se contente de relayer les unes, de fournir quelques indications pratiques... et d’expliquer pourquoi il ne fait rien d’autre en ligne. Le compte Twitter ne ­retransmet que quelques titres, sans les ­développer.

Le Canard enchaîné ne comporte pas non plus de publicité. Il faut dire que la formule n’a rien pour inciter entreprises et organisations à payer pour y être présentes: le journal satirique est spécialisé dans les révélations impliquant la classe politique et, parfois, la grande entreprise. Parmi les scoops notoires, on retrouve la révélation, en 1979, que le président Valéry Giscard d’Estaing avait reçu en cadeau des diamants de la part du dictateur centrafricain Jean-Bedel Bokassa. Le Canard a aussi dénoncé, en 1995, l’attribution de logements sociaux à un fils du premier ministre Alain Juppé et, en 1997, aux enfants de Jean Tiberi, alors maire de Paris. L’an dernier, la publication du coût des rénovations de l’appartement de fonction du secrétaire général de la CGT, Thierry Lepaon, a précipité la chute du leader syndical.

Un modèle encore viable ?

Le journal vend, chaque semaine, près de 400 000 exemplaires... dont plusieurs sont scrutés, dès la parution le mercredi, par les ministres, députés et autres notables français. Alors que certains médias, face à la baisse et à la fragmentation de la publicité, remettent des «paywalls» et cherchent comment faire participer les lecteurs à leur financement, Le Canard semble donc avoir, à cet égard, une ­recette qui fonctionne.

Reste à voir si ce modèle peut subsister. En matière de scoops politiques, Le Canard a maintenant une sérieuse concurrence de la part de Mediapart qui, lui, paraît en ligne. Ses ventes demeurent bonnes, mais ont baissé ­depuis 2011; le lectorat vieillit et est de moins en moins urbain. «En n’étant pas sur le numérique, la marque est absente et, dans 10 ans, les jeunes ne connaîtront plus le nom du Canard enchaîné», disait, dans une entrevue à Libération, Laurent Valdiguié, coauteur d’un livre sur Le Canard enchaîné. Ce à quoi le ­rédacteur en chef du Canard répond: «On ne dit pas qu’on n’évoluera jamais, mais on le fait avec prudence. Les journaux, en publiant leur contenu sur internet gratuitement, se sont ­piratés eux-mêmes. Le secret de la liberté, c’est d’être indépendant financièrement.»

La coentreprise de la semaine

Warner Bros. Entertainment, filiale de Time Warner, crée Flagship Entertainment avec le fonds d’investissement chinois China Media Capital (CMC) pour produire des films en langue chinoise et les distribuer à travers le monde. CMC possède 51 % de Flagship, Warner 49 %.

La stat « super bowl » de la semaine

51 % des gens voient désormais les pubs du Super Bowl en ligne, sur leur ordinateur ou appareil mobile, plutôt qu’à la télévision, selon une étude publiée par l’entreprise techno Unruly.

Le changement de format de la semaine

PRESSE-IMPRIMERIE-CANARD ENCHAINE
Photo courtoisie

Plus de 70 ans après sa création, L’Équipe, célèbre quotidien sportif français, a abandonné le 18 septembre le grand format pour passer au tabloïd.

 

Brèves

Vous désirez réagir à ce texte dans nos pages Opinions?

Écrivez-nous une courte lettre de 100 à 250 mots maximum à l'adresse suivante:

Vous pouvez aussi nous écrire en toute confidentialité si vous avez de l'information supplémentaire. Merci.