/sports/hockey
Navigation

Contenir l’ouragan

Le propriétaire des Hurricanes de la Caroline souhaite vendre, mais conserver les pleins pouvoirs de la franchise.
Photo d’archives Le propriétaire des Hurricanes de la Caroline souhaite vendre, mais conserver les pleins pouvoirs de la franchise.

Coup d'oeil sur cet article

Les rumeurs sont nombreuses concernant l’avenir des Hurricanes de la Caroline. Seront-ils vendus à des gens d’affaires qui veulent les garder en Caroline ou vont-ils tout simplement déménager?

Personne n’a la réponse encore à ces deux questions mais une chose est certaine, on sent qu’il y a une certaine impatience de la part des amateurs de hockey dans la région de Raleigh et aussi des dirigeants de la Ligue nationale qui savent très bien que l’incertitude n’est jamais bonne pour une franchise.

Ça fait quand même huit ans que l’équipe est à vendre et des investisseurs locaux étaient prêts à mettre 250 millions de dollars pour acheter les Hurricanes; la transaction ne s’est jamais concrétisée. Pourquoi? Parce que le propriétaire de l’équipe, Peter Karmanos, 72 ans, veut vendre sa formation, mais garder les pleins pouvoirs. Une demande inacceptable pour des gens d’affaires qui sont prêts à investir une telle somme et qui promettent aussi de garder l’équipe à Raleigh.

Selon ce que j’ai appris, un autre groupe provenant de la Californie s’est montré intéressé à acheter l’équipe, avec la même promesse de garder la franchise en Caroline, mais la réponse fut la même. Oui, mais à condition que Peter Karmanos garde les pleins pouvoirs de la franchise.

HAUSSE DU PRIX DES BILLETS

Aussi incroyable que cela puisse paraître, les Hurricanes n’ont pas encore fait les séries dans la décennie actuelle. Ça fait maintenant six saisons de suite que cette franchise s’enlise et dans un marché comme celui de la Caroline, si vous n’avez pas un semblant de succès, les gens vont arrêter de vous appuyer. C’est exactement ce qui se passe présentement. Les foules sont en baisse de 30 % les deux dernières saisons. Les Hurricanes ont attiré en moyenne 12 594 spectateurs la saison dernière (capacité de 67 %) et seuls les Panthers ont fait pire avec 11 265 spectateurs (capacité de 66 %) à chaque rencontre.

Ce qui irrite au plus haut point les partisans des Hurricanes, c’est que malgré les insuccès de l’équipe, le prix des billets lui continue d’augmenter. La hausse était de 30 % au cours des deux dernières saisons et encore cette année, on remarque que les prix ont augmenté dans certaines sections.

Bref une hausse du nombre de spectateurs aux matchs des Hurricanes n’est pas dans les plans cette saison et à moins d’une surprise majeure, cette équipe ne participera pas aux séries.

WARD ET STAAL EN ATTENTE

Pendant ce temps, deux joueurs qui font partie du noyau de la formation se retrouvent dans une position où il est difficile de faire des choix. Eric Staal souhaite obtenir environ neuf millions de dollars par saison, lui qui deviendra joueur autonome sans compensation le premier juillet 2016. Mais le capitaine des Hurricaines n’est pas dupe et sait aussi qu’il n’est plus le marqueur de 30 buts qu’il était et qu’il serait surprenant que ses patrons lui accordent un tel salaire annuellement. Le gardien Cam Ward est aussi dans une telle situation et, là encore, les deux parties ne semblent pas près d’une entente.

On peut facilement conclure que l’incertitude concernant l’avenir de cette franchise n’aide en rien leur situation. Qui voudrait vraiment signer un contrat à long terme avec une équipe qui pourrait bien déménager si la situation perdure? Il est encore trop tôt pour envisager une telle éventualité, mais tant que Peter Karmanos va s’entêter, il serait très surprenant que la situation s’améliore chez les Hurricanes. Au point tel qu’à mots couverts plusieurs membres de l’organisation souhaitent aussi que la LNH intervienne et règle le dossier une fois pour toutes.

L’EXPANSION BIENTÔT ?

C’est mardi que les gouverneurs de la LNH vont se rencontrer à New York et le sujet du jour sera l’expansion qu’on attend déjà depuis un bon moment. Le président de Quebecor, Pierre Dion, fera une présentation lors de cette réunion pour vanter les mérites de Québec, tout comme le groupe de Bill Foley qui souhaite qu’une équipe soit installée à Las Vegas. Par la suite, les gouverneurs auront un rapport du comité exécutif de la ligue qui se penche sur la possibilité d’une expansion depuis le mois de juillet. Aucun vote n’est prévu mardi, mais ça viendra dans les prochains mois. Le commissaire Gary Bettman devra aussi déposer son rapport annuel sur l’état des finances de sa ligue.

WILLIAMS N’A RIEN CONTRE MONTRÉAL

Justin Williams a été courtisé par plusieurs formations le premier juillet et s’il a décidé de s’installer à Washington et de refuser l’offre (plus lucrative) des Canadiens, ce n’est pas parce qu’il n’aimait pas Montréal, mais plus parce qu’il voulait aussi être plus proche des siens. Le gagnant de trois coupes Stanley a une maison dans l’État du New Jersey depuis déjà quelques années et puisque son épouse Kelly est originaire de la Pennsylvanie, c’était plus pratique pour eux de choisir une formation qui était située dans l’est des États-Unis. Après avoir passé six saisons avec les Kings, Justin Williams a signé un contrat de deux ans qui va lui rapporter 6,25 millions de dollars.

JONNY EST DE RETOUR

Un des juges de lignes les plus appréciés dans la LNH va effectuer un retour cette saison après avoir raté la dernière saison au complet en raison d’une opération au dos. Jonny Murray est originaire de Beauport et a fait ses débuts en 2000 dans la LNH et, avec les années il est devenu un des meilleurs juges de ligne de la ligue, comme le démontre sa feuille de route, lui qui approche les mille matchs dans la LNH. Ce soir, Jonny Murray sera à Boston pour le match face aux Red Wings. Maintenant basé à Fort Lauderdale (il était à Tampa auparavant) ses patrons lui ont demandé de travailler six matchs préparatoires et maintenant qu’il est rétabli de sa blessure, il reprendra le rythme un peu fou des officiels dans cette ligue.