/news/currentevents
Navigation

Trois ans de prison pour avoir abusé de six fillettes

Paul-Rock Fournier, Coupable.
Photo courtoisie Paul-Rock Fournier, Coupable.

Coup d'oeil sur cet article

Un abuseur sexuel en série vient d’être condamné à trois ans de prison pour avoir fait vivre un véritable cauchemar à six victimes qui, 40 ans plus tard, vivent toujours avec des séquelles.

Entre 1975 et 2009, Paul-Rock Fournier, qui habitait Napierville, a agressé six fillettes âgées de 5 à 12 ans. Les événements se déroulaient souvent lorsque les parents faisaient garder leur enfant.

Fournier a notamment abusé d’une fillette de 9 ans alors qu’elle dormait entre lui et sa conjointe.

En plus du nombre de victimes et la fréquence des gestes, le juge Marco Labrie a retenu contre l’accusé son absence de remords et d’empathie lorsqu’il l’a condamné.

«C’est un message de dénonciation et de dissuasion qui doit être envoyé et je pense qu’aujourd’hui avec une peine de trois ans de pénitencier le message est clair», a commenté la procureure de la Couronne Audrey Mercier.

De la Gaspésie à la Montérégie

La feuille de route de Fournier en matière d’abus sexuel a débuté en 1975, à Murdochville, en Gaspésie.

Les sept chefs d’accusation auxquels il a plaidé coupable le 22 juin dernier comprennent également des gestes commis à Saint-Maxime-du-Mont-Louis entre 1984 et 1987 et à Gros-Morne entre janvier 1988 et janvier 1989. Près de 15 ans se seraient écoulés avant qu’il commette une deuxième vague d’attouchements après être déménagé en Montérégie.

Séquelles importantes

De 2003 à 2009, il s’en est pris à deux fillettes à Saint-Jean-sur-Richelieu, Sorel-Tracy et Napierville. L’une d’elle, âgée de seulement cinq ans, a subi les agressions du sexagénaire pendant près de trois ans.

Paul-Rock Fournier l’aurait notamment agressé dans un boisé et embrassé les seins en lui demandant de n’en parler à personne.

«Les victimes ont demandé à la cour une peine sévère. Les séquelles psychologiques et physiques sont nombreuses dans leurs déclarations écrites», a mentionné le juge Marco Labrie.

Paul-Rock Fournier est resté indifférent lors du prononcé de la sentence.

La Couronne demandait quatre ans d’emprisonnement dans le dossier tandis que la défense aurait préféré une peine de moins de deux ans à purger dans la collectivité.

 

Brèves

Vous désirez réagir à ce texte dans nos pages Opinions?

Écrivez-nous une courte lettre de 100 à 250 mots maximum à l'adresse suivante:

Vous pouvez aussi nous écrire en toute confidentialité si vous avez de l'information supplémentaire. Merci.