/news/currentevents
Navigation

Il demande au juge de le protéger des Hell’s

claude bessette
Photo Benoit Chevalier Claude Bessette paraissait amaigri lors de son jugement pour l’homicide involontaire de François et Francis Dupont.

Coup d'oeil sur cet article

Un homme qui a participé au meurtre d’un proche des Hell’s Angels et de son fils a exigé du juge de le protéger au moment où celui-ci l’a expédié en prison pour les neuf prochaines années.

Claude Bessette craint des représailles à la fois des Hell’s Angels ainsi que la vengeance de son complice, Mario Bernier, pour l’avoir vendu aux policiers. «J’espère que vous allez me tenir loin de Mario Bernier», a-t-il dit au juge avant de prendre le chemin de la prison.

Le juge Richard Marleau, qui n’a aucun pouvoir en la matière, lui a simplement répondu que «les autorités carcérales prendront la meilleure décision dans les circonstances.»

Bessette, 60 ans, a écopé d’une peine de 9 ans d’emprisonnement, hier à Longueuil, pour l’homicide involontaire de François Dupont et de son fils Francis. Les deux hommes ont été tués de plusieurs coups de bâton de baseball à la tête lors d’un règlement de compte auquel Bessette a participé. C’est cependant son complice Mario Bernier qui a battu les deux victimes à mort.

Vengeance

Claude Bessette croyait qu’il allait régler ses comptes «à coups de poing comme dans le temps» lorsqu’il s’est présenté en compagnie de Mario Bernier à l’appartement de François Dupont sur le boul. Taschereau, à Longueuil, le 4 novembre 2011. Les deux hommes lui en voulaient entre autres de leur avoir fait perdre leur emploi.

Mario Bernier a écopé de 13 ans de prison pour avoir battu à mort François Dupont et son fils Francis, qui a eu le malheur de se présenter sur place au moment du crime. Même si personne n’a été témoin de la scène, Claude Bessette a avoué ses crimes aux policiers un an après les faits par crainte de représailles.

« M. Bessette connaissait très peu cet individu (Bernier) et est resté traumatisé par la violence qu’il a vu. Ça a été un réflexe de sa part de s’adresser au juge. Il avait une crainte», a expliqué sa procureure Sarah-Nathalie Marsolais.

La mère de Claude Bessette n’a pu retenir ses sanglots lorsque son fils a pris place dans la section réservée aux détenus.

La défense se désole que le juge n’aie pas tenu compte que son client n’avait pas manipulé l’arme du crime. «Le juge a retenu la complicité dans l’utilisation d’une arme ce qui a fait une grosse différence au niveau de la peine. On ne s’attendait pas à une sentence aussi importante», a raconté Me Marsolais.

 

Brèves

Vous désirez réagir à ce texte dans nos pages Opinions?

Écrivez-nous une courte lettre de 100 à 250 mots maximum à l'adresse suivante:

Vous pouvez aussi nous écrire en toute confidentialité si vous avez de l'information supplémentaire. Merci.