/entertainment/tv
Navigation

Patrick Huard se défend: «Stéfanie Trudeau n’est pas une conne»

Patrick Huard et Philippe Falardeau
Photo Courtoisie Patrick Huard et Philippe Falardeau

Coup d'oeil sur cet article

Le comédien et humoriste Patrick Huard nie avoir participé à un «dîner de cons», lors de son passage à l'émission Tout le monde en parle, où se trouvait aussi l'ex-policière Stéfanie Trudeau, mieux connue sous le pseudonyme de Matricule 728.

«Ce n’était pas un dîner de cons parce que pour que ça en soit un, il faut qu’il y ait un con. Stéfanie Trudeau n’est pas une conne», s’est défendu Patrick Huard, au 98,5 FM.

Plongé dans la controverse depuis dimanche soir, l’acteur est revenu sur son passage à l’émission Tout le monde en parle, où il s’est emporté lors de l’entrevue avec Stéfanie Trudeau. Invitée pour promouvoir son récent livre, l’ex-policière controversée du Service de police de Montréal a été bombardée de questions par le cinéaste Philippe Falardeau et Patrick Huard. Les deux artistes ont été vivement critiqués par la suite sur les réseaux sociaux. On les accusait notamment d’avoir dénigré Stéfanie Trudeau.

«Je suis habitué de faire face à un tribunal public. Sauf qu’il ne faut pas qu’on me mette des opinions dans la bouche», a lancé Patrick Huard, au micro de Paul Arcand.

«Quand je lui demande si c’est la façon d’intervenir, sa réponse c’est qu’il y a des policiers moins smooth qu’elle, qui auraient pitché dans l’escalier (la personne arrêtée). C’est mon côté Rogatien qui a pris le dessus, avec l’ironie. Mais mon point était de démontrer que ce n’est pas vrai que c’est la norme, ce n’est pas vrai que d’autres policiers l’auraient pitchée en bas de l’escalier», a-t-il répondu, questionné sur une réplique cinglante qu’il a envoyée à l’ex-policière concernant une intervention controversée survenue en 2012.

Patrick Huard a en effet insisté sur le fait qu’il n’a en aucun temps attaqué Stéfanie Trudeau personnellement.

«Moi, je questionne ce qu’elle a fait dans l’exercice de ses fonctions. J’ai le droit. Maintenant, les gens ont aussi le droit de questionner que j’ai été trop agressif, condescendant. Le tribunal public, j’y fais face depuis 25 ans, je n’ai pas de problème, a-t-il dit. J’ai parlé à un individu, que je pense qui n’a pas agi correctement.»

Il trouve par contre que la controverse dans laquelle il est plongé a pris des proportions démesurées. Surtout que certains ont insinué qu’il était affecté par les effets de l’alcool servi aux invités sur le plateau de l’émission.

«Arrêtez de sous-entendre des affaires. C’est là que les choses partent en vrille et que ça devient n’importe quoi. Dans toute la soirée, j’ai but deux verres de vin. Je n’étais aucunement affecté par l’alcool. Mais pour être honnête, j’étais émotif. Je n’aime pas les affaires de violence physique», a-t-il justifié.

Patrick Huard a d’ailleurs admis qu’en aucun cas, il ne voudrait être à la place des policiers lors des manifestations.

«À tout ceux qui me disent qu’ils auraient bien aimé me voir sur la ligne de front pour faire la job des policiers, on va régler une affaire maintenant, je n’y serais jamais. D’abord, je n’ai pas le courage de faire cette job-là. Je n’ai pas l’émotivité et clairement pas la bonne gestion de mes émotions et la patience pour faire ça»,

Il a d’ailleurs admis qu’à la place des policiers qui étaient confrontés soir après soir par les manifestants, il aurait probablement terminé par en frapper un «sur le nez».

«Mais, est-ce que ça se peut que ça ne soit pas correcte par exemple? C’est humain, mais dans l’exercice de cette fonction-là, on espère plus. On demande plus aux policiers. C’est pour ça que moi, je n’occupe pas ces fonctions», a-t-il ajouté.

Stéfanie Trudeau
Patrick Huard et Philippe Falardeau
Photo le Journal de Montréal, Ben Pelosse
Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.