/opinion/blogs/columnists
Navigation

Nos auteurs

CA_Steve E. FortinCA_Marie-Eve DoyonCA_Stéphane Lessard

Seul Justin Trudeau peut défaire Stephen Harper

Liberal leader Trudea, Conservative leader and PM Stephen Harper, and New Democratic Party (NDP) leader Mulcair take part in the Munk leaders' debate on Canada's foreign policy in Toronto
REUTERS

Coup d'oeil sur cet article

Les sondages se suivent et se ressemblent. Ils indiquent une tendance. L’appui au NPD faiblit au bénéfice des libéraux et des conservateurs. Le nouveau Calcul électoral du Journal fait le même constat. Le phénomène se produit à peu près partout au Canada, avec quelques variations dans la distribution des néo-démocrates désenchantés.
 
À l’échelle canadienne, la firme Nanos met maintenant libéraux (32,2 %) et conservateurs (32,1 %) nez à nez et le NPD en nette perte de vitesse (26,3 %).
 
Au Québec, la glissade du NPD est vertigineuse. Après avoir caracolé à 50 % d’appuis autour du 9 septembre, les troupes de Thomas Mulcair sont aujourd’hui à 34,2 % d’appuis. Le NPD est toujours premier, mais tranquillement chauffé par les libéraux (24,7 %), les conservateurs (20,0 %) et le Bloc (19,2 %).
 
Maintenant que le mouvement a commencé à s’accélérer, il devient de plus en plus pertinent de voir quel est le deuxième choix des électeurs. 
 
Chez les électeurs conservateurs, ils sont deux fois plus nombreux à considérer voter libéral (30 %) que NPD (17 %).
 
Chez les néo-démocrates, ils sont six fois plus nombreux à considérer voter libéral (52 %) que conservateur (9 %).
 
Quant aux libéraux hésitants, 21 % pourraient voter conservateur et 51 % pourraient voter NPD.
 
C’est donc dire que tout va mal pour le NPD. Ses appuis réels fondent et il est deuxième choix d’un plus petit nombre d’électeurs.
 
Cette tendance indique une chose fondamentale : le seul chef qui peut aujourd’hui déloger Stephen Harper est Justin Trudeau. Et ce constat va fort probablement s’imposer comme une évidence dans les prochains jours.
 
Pour les Québécois, la question devient fort intéressante.
 
Après 20 ans de Bloc, 4 ans après avoir voté en bloc pour le NPD, les Québécois seront-ils désireux d’effectuer un retour au pouvoir ou voudront-ils rester dans l’opposition? Ces élections représentent pour les Québécois une occasion de sortir des ornières du passé et d'effectuer un changement de paradigme. Plutôt que d'attendre dans la protestation ou le retrait une reconnaissance constitutionnelle improbable, ils pourraient faire le choix de se réengager envers le Canada pour le changer de l'intérieur et s'y retrouver. En d'autres mots : du retrait à la reconquête.
 
L’évolution des intentions de vote soulève une autre question : la FTQ réalise-t-elle qu’elle fait désormais campagne pour les conservateurs?
 
En début de campagne, la FTQ a appelé au vote stratégique, promettant son appui aux candidats le plus susceptibles de battre un candidat conservateur. Cela voulait dire, essentiellement, que la FTQ appuyait le NPD et d’ailleurs, le chef du NPD l’a ainsi compris en se réjouissant de cet appui.
 
Mais aujourd’hui que le NPD est de plus en plus distancé par les autres partis à l’échelle canadienne et tranquillement rattrapé au Québec, la FTQ se trouve à diviser le vote de changement que les libéraux sont en train de s’accaparer.
 
Voilà qui montre les limites du vote stratégique.