/opinion/blogs
Navigation

Un billet trompeur et mensonger

Coup d'oeil sur cet article

Le billet de blogue intitulé «Pinocchio» écrit par le conseiller du chef du Bloc québécois, Stéphane Gobeil, est trompeur et mensonger.

En premier lieu, il n’est fait mention nulle part de l’allégeance politique de M. Gobeil, qui fait présentement activement campagne pour le Bloc. Cela devrait être clairement indiqué à chaque chronique. Il est en conflit d’intérêts et les lecteurs ont le droit de le savoir.

Quant au contenu de sa chronique, elle se base sur une affirmation fausse facilement vérifiable.

M. Mulcair racontait qu’il faisait campagne chez lui, dans sa province pour contrer l’accusation de Duceppe qui parlait des forces extérieures. Il est absurde et mensonger de prétendre qu’il a dit qu’il était demeuré à la maison, d’autant plus qu’il raconte cet événement dans son livre qui vient de paraître.

Quant aux attaques sur le Mont-Orford, je comprends la référence à l’article de La Presse, mais cet article ne tient pas la route. Pourquoi Jean Charest aurait laissé son ministre de l’Environnement partir en invoquant un cas de conscience si c’était complètement faux?

Quel aurait été l’avantage de laisser M. Mulcair partir en héros? Et quel est l’avantage présentement à salir M. Mulcair en réécrivant l’histoire? La réponse à cette dernière question me semble évidente. Les adversaires de M. Mulcair ont avantage à salir sa réputation et cette chronique a pour but de salir sa réputation.

Quant à l’exploitation des sables bitumineux, M. Gobeil fait référence à un article du Huffington Post portant sur la préface d’un livre sur les sables bitumineux écrit par le journaliste Andrew Nikiforuk que M. Mulcair a rédigé.

Il est malhonnête de ne rapporter que l’extrait qui fait son affaire. C’est ce que font les gens qui travaillent dans le war room des campagnes et les journalistes font habituellement la part des choses en allant à la source. Pas M. Gobeil.

Je vous souligne que dans cet article portant sur la même préface, Thomas Mulcair y dénonçait également les coûts assumés par la société canadienne pour lutter contre la hausse des gaz à effet de serre causée par l’exploitation du pétrole issu des sables bitumineux, sans compter le nettoyage des sites et le «traitement des mers de résidus empoisonnés». «En conséquence, non seulement le Canada laisse aux générations futures le coût de la dégradation environnementale, mais en plus il leur lègue une économie moins diversifiée et moins équilibrée», écrivait-il.

L’actuel chef néo-démocrate y dénonçait enfin les subventions versées à cette industrie, de même que les «redevances minimes» payées par les compagnies pétrolières.

Qui est le véritable Pinocchio?

Valérie Dufour, porte-parole du NPD

 

Réponse du directeur Opinions, Michel Dumais

Permettez-nous de revenir sur une de vos affirmations. Lorsque vous dites que nulle part, il n’est fait mention de l’allégeance politique de Stéphane Gobeil, rassurez-nous. Vous n’êtes pas sans savoir que, depuis ses tout débuts, le blogue des «spin doctors» a été annoncé comme un environnement de débats animés par des blogueurs hyperpartisans. C’est ainsi qu’il a été publicisé. Le nom choisi l’affirme haut et fort. Malgré cela, par transparence, messieurs Servant et Gobeil ont respectivement écrit dans un billet publié début août qu’ils collaboreraient respectivement aux campagnes de messieurs Trudeau et Duceppe. Monsieur Asselin, de son côté, n’est pas impliqué, mais il reste cependant un blogueur partisan. Nos fidèles lecteurs le savent très bien. Ils sont plus perspicaces et attentionnés que vous ne semblez le croire et nous ne croyons pas qu’il soit nécessaire de l’ânonner à chaque billet.

Pour le reste, je laisse le soin à Stéphane Gobeil de répondre ou non en ligne à votre réplique.

 

Brèves

Vous désirez réagir à ce texte dans nos pages Opinions?

Écrivez-nous une courte lettre de 100 à 250 mots maximum à l'adresse suivante:

Vous pouvez aussi nous écrire en toute confidentialité si vous avez de l'information supplémentaire. Merci.