/opinion/blogs/columnists
Navigation

Marcel Aubut et les "courbes" des femmes (AJOUT)

Marcel Aubut et les "courbes" des femmes (AJOUT)
Archives Journal de Québec

Coup d'oeil sur cet article

En mars 2014, Alec Castonguay, l'excellent reporter de l'Actualité, publiait dans le magazine un portrait de 16 pages de Marcel Aubut.

Intitulé "Le plan Aubut" ce dossier étoffé parlait de ses "30 voitures, 7 motos, 11 propriétés et (son) CV de 48 pages".

Je me souviens très bien d'avoir lu ce portrait et d'avoir sursauté au milieu du texte en lisant ceci:

""Il n'a aucun filtre, aucune pudeur. Il dit ce qui lui passe par la tête" affirme Réjean Tremblay. C'est également vrai concernant les femmes. Il n'est pas rare que Marcel Aubut passe une remarque sur la beauté ou les courbes d'une serveuse au restaurant ou d'une employée au cabinet d'avocats. "C'est un rustre, il n'a pas de manières", dénonce une femme qui l'a côtoyé." *

Je me souviens d'avoir tiqué sur cette description. Faire un commentaire sur les courbes d'une serveuse ? D'une collègue avocate ? Et ça passe comme du beurre dans la poêle ?

Ce passage du texte d'Alec Castonguay aurait dû être mis en exergue et être dénoncé haut et fort comme étant ce qu'il est: la description d'un comportement inacceptable, qu'on soit pdg ou simple employé. On ne fait pas de commentaires sur les courbes de sa collègue. Pas plus qu'on ne commente les fesses d'un patron.

Disons qu'aujourd'hui, ce passage troublant prend une tout autre signification... 

 

 

 

*AJOUT: un autre passage éclairant du reportage de L'Actualité au sujet des négos en 1992 au sujet des Nordiques...

Denis de Belleval (directeur général de la Ville de Québec à l'époque NDLR) a le mandat de négocier lorsque Marcel Aubut se présente à son bureau pour la première fois, à l'été 1992. «Il est entré comme s'il possédait l'hôtel de ville, avec l'allure altière du prince à qui on doit tout, raconte-t-il. Un quêteux à cheval. Il passe devant ma secrétaire, lui dit qu'elle a de beaux seins, entre dans mon bureau, s'assoit en face de moi et exige quatre millions de dollars par année en rabais de taxes municipales. Ça commençait mal.»

Dire à une secrétaire qu'elle a des beaux seins, vraiment ?

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.