/entertainment/music
Navigation

Gravir la montagne

Gabriella
Photo Courtoisie, J-C LAbarre

Coup d'oeil sur cet article

Jeune auteure-compositrice de 22 ans, Gabriella connaît présentement un joli succès radiophonique avec son extrait Sorrow, un duo avec Olivier Dion. Quelques jours après la sortie de son premier album, Story of Oak & Leafless, elle a répondu aux questions du Journal.

Gabriella
Photo courtoisie

Comment s’est déroulé le lancement de ton album?

«J’ai eu un très beau lancement médiatisé à Montréal. Il y avait 465 personnes. Je ne me serais jamais attendue à ça! J’avais eu l’occasion de faire un concert au Festival de Jazz, au Savoy du Métropolis, et c’était une espèce d’exercice pour les lancements. J’ai pu tester mes chansons devant le public.»

Comment en es-tu venue à être invitée au Festival de jazz sans même avoir un album complet sur le marché?

«Des fois, il faut faire notre chance. Il y a des gens qui sont là à la bonne place, au bon moment. Quelqu’un avait dit à Laurent Saulnier (vice-président à la programmation du FIJM) de venir voir mon concert. Il s’est déplacé. C’était vraiment dans ses cordes et il a beaucoup aimé ça. Il m’a donc mise sur la programmation. J’ai adoré cette expérience, car il y avait des gens d’un peu partout dans la salle, du Brésil et du Portugal.»

Quand as-tu eu l’idée de sortir un album double comme premier opus?

«Ça s’est fait récemment, il y a environ trois mois. Au départ, j’avais des chansons très minimalistes, à la Damian Rice­­. Mais j’avais aussi des pièces qui punchaient plus, à la batterie. À un moment donné, j’ai tout mis la poutine ensemble, mais il y a des trucs qui ne fonctionnaient pas ensemble. Je me suis alors rendu compte que j’avais assez de chansons pour faire deux albums.»

Que signifient les titres The Story of Oak & Leafless?

«The Story of Oak veut dire «l’histoire du chêne». Quand j’étais jeune, j’ai planté un gland de chêne chez moi, à trois ans. Toute ma vie, je le regardais grandir et j’avais l’impression qu’on vivait un peu une vie parallèle. J’ai composé la majorité de mes chansons dans une montagne, près du mont Saint-Bruno. Quant à Leafless, ça veut dire «sans feuille». C’est une version dénudée du premier album.»

Quel est ton parcours dans le milieu musical?

«J’ai commencé à faire de la musique à l’âge de six ans. Après avoir vu un concert d’Angèle Dubeau, j’ai commencé à apprendre le violon. C’était vraiment exigeant au début! Puis, à l’adolescence, je me suis cassé un doigt et j’ai dû ranger mon instrument un temps. C’est là que j’ai commencé à chanter et à composer. Puis j’ai été engagée pendant deux ans pour être choriste sur le Mondial Choral de Laval. Ç’a été une super expérience, car je me suis mise à chanter avec des artistes comme Sarah McLachlan. Pour ce qui est de l’expérience, je suis passée de zéro à 1000 d’un seul coup!»

Et parmi les chanteurs, qui sont tes inspirations?

«J’ai commencé à chanter à cause d’Avril Lavigne, comme plusieurs jeunes de mon âge. Elle a changé notre génération. Sinon, j’aime beaucoup Ed Sheeran et le fait qu’il puisse être seul sur scène, sans aucun problème. J’aime beaucoup Aerosmith aussi. Gregory Charles est également une inspiration pour moi. C’est un gars super travaillant. Enfin, Bobby Bazini est l’une de mes grandes influences, en ce moment. Il a un peu ouvert la voie pour ma carrière en anglais.»

Ton duo avec Olivier Dion connaît beaucoup de succès. Comment est arrivée cette collaboration?

«Nous avons enregistré cette chanson-là il y a déjà un an et demi. Christian Sbrocca, qui a réalisé mon album, travaillait aussi avec Olivier. Un jour, alors que je présentais ma composition Sorrow, Olivier était aussi présent et il m’a dit qu’il aimerait ça l’enregistrer avec moi. Ce n’était pas censé être un duo! Mais nous l’avons fait en une seule prise.»

«Dernièrement, nous étions par hasard tous les deux à Paris en même temps. Et nous avons enregistré une petite vidéo ensemble. Nous avons fait cela sans avoir le consentement de nos équipes respectives, Vega Musique et Productions J. Mais finalement, tout s’est arrangé. Le timing était bon.»

♦ L’album de Gabriella, Story of Oak & Leafless, est présentement sur le marché. Pour plus de détails: gabriella.mu