/lifestyle/techno
Navigation

La révolution numérique dans votre salon, signée Google

La révolution numérique dans votre salon, signée Google
Photo courtoisie

Coup d'oeil sur cet article

Google a profité du dévoilement de ses nouveaux téléphones Nexus 5x et Nexus 6P pour présenter la nouvelle génération du Chromecast. Leur objectif est le même: rendre l’internet accessible sur téléviseur ou chaîne audio, via un appareil Android. Est-ce que ça suffira à détourner les acheteurs de l’Apple TV?

Rien n’est moins sûr. Google joue la carte de la simplicité, et même si l’un et l’autre des deux nouveaux adaptateurs Chromecast ne coûtent qu’une fraction du prix d’un récepteur numérique plus traditionnel, ces deux appareils forcent l’utilisateur à troquer la bonne vieille télécommande pour son téléphone, sa tablette, ou parfois, son ordinateur personnel.

C’est un pas qu’a franchi plus d’un utilisateur rompu aux nouvelles technologies, mais que le grand public, lui, n’est pas nécessairement prêt à faire. Sinon, ça fait longtemps qu’on ne verrait plus ces tables de salon envahies de télécommandes en tout genre!

Cela dit, ceux qui se situent entre les deux n’ont pas grand-chose à perdre: à 45 dollars, le Chromecast n’est pas exactement un très grand investissement...

Une amélioration visible et invisible

La révolution numérique dans votre salon, signée Google
Photo courtoisie

La plus grande amélioration du Chromecast «original», celui qui se branche à un téléviseur, est d’avoir assoupli son design. Littéralement: on abandonne le format de clé HDMI au profit d’un disque plastifié duquel surgit un court câble HDMI souple (il s’alimente toujours sur connexion micro USB). Google explique que ça permet d’éloigner le module du téléviseur, ce qui améliore ses communications sans fil.

Pas certain pourquoi la fiche HDMI est aimantée, il aurait été plus logique de placer cet aimant au dos de l’appareil pour qu’on puisse le coller au téléviseur. Allez savoir. Cette configuration accroît tout de même sa compatibilité avec tous téléviseurs et projecteurs qui n’offrent pas un accès dégagé à leurs ports HDMI. Trois coloris sont offerts (jaune, rouge et noir), on se demande bien pourquoi, le Chromecast étant destiné à se cacher derrière l’écran.

Sous le capot, le Chromecast est désormais doté de trois antennes WiFi, compatibles avec le WiFi 802.11ac sur la fréquence 5 GHz. Google promet une accélération du démarrage des vidéos de l’ordre de 80 pour cent et ça semble crédible. Malgré cela, pas de veine pour les propriétaires d’une télé 4K (UHD): l’affichage est limité à 1080p (HD).

N’empêche: avec le millier d’applications Android intégrant l’icône Chromecast et quelques-unes sur l’iPhone et sur PC (en plus de la recherche universelle de contenu intégrée à l’application éponyme), ce petit gadget est un incontournable pour quiconque veut simplifier le lien entre l’internet, un mobile et la télé. Ce le sera encore plus quand la première cohorte de jeux vidéo multijoueurs prêts pour le Chromecast débarquera sur le Play Store de Google...

Chromecast

  • Adaptateur HDMI pour téléviseur HD (1080p)
  • WiFi AC (5 GHz)
  • Compatible avec Android, certaines applications iOS, Mac, Windows
  • Alimenté par USB
  • 45 $

 

Chromecast Audio : le chaînon (musical) manquant... ou presque

La révolution numérique dans votre salon, signée Google
Photo courtoisie

Pour le même prix (45 $), Google décline un adaptateur exclusivement dédié au son, le Chromecast Audio. Pourquoi? Parce que bien des acheteurs d’Apple TV ou d’enceintes WiFi ont pris l’habitude de transférer sa musique, ou le son provenant d’un jeu ou de toute autre appli, vers des enceintes plus puissantes que celles de leur téléphone.

Ça se comprend.

Le Chromecast Audio a une sortie stéréo de 3,5 mm, mais un câble approprié le connecte à des chaînes stéréo possédant une entrée 3,5 mm, RCA (entrée stéréo rouge et blanche) ou Toslink (numérique). L’alimentation passe quant à elle par une prise micro USB.

Pour y envoyer de la musique, on passe par le WiFi. Sa configuration nécessite d’ailleurs un réseau domestique, mais un mode invité permet par la suite d’y envoyer de la musique, à partir d’une application approuvée «Google Cast» (elles sont nombreuses, mais Apple Music et YouTube ne sont pas compatibles), sans être soi-même connecté à ce même réseau WiFi.

Ce n’est donc pas la panacée, mais pour quiconque possède une sono et un réseau WiFi, c’est une façon très attrayante de joindre les deux, via un appareil mobile Android, un iPhone ou un iPad.

Chromecast Audio

  • Adaptateur WiFi pour chaîne stéréo
  • Sortie 3,5 mm (compatible RCA et Toslink)
  • Alimenté par USB
  • 45 $