/sports
Navigation

Le Comité olympique canadien va élargir l'enquête

Le Comité olympique canadien va élargir l'enquête
Photo Journal de Québec, Didier Debusschère

Coup d'oeil sur cet article

L'avocat Marcel Aubut avait été avisé par écrit en 2011 de cesser de toucher les employées du Comité olympique canadien, de les embrasser et de faire des allusions sexuelles devant elles. Et il s'était engagé à cesser ses gestes déplacés.

Le Comité encourage d’ailleurs toute personne ayant une préoccupation à communiquer avec le COC.

«Nous sommes très préoccupés par les allégations qui ont été faites et sur le bien-être de ceux qui pourraient être affectés, peut-on lire dans un communiqué. Nous nous engageons à prendre toutes les mesures nécessaires à la suite des conclusions de M. Rolland ou de toute autre conclusion.»

Le Comité olympique canadien savait?

Marcel Aubut s'est retiré temporairement de ses fonctions au sein du Comité olympique canadien, le temps que l'enquête à son endroit confiée à l'ex-juge François Rolland soit complétée.

Le chef de la direction et secrétaire général du Comité olympique canadien, Jean R. Dupré, a signé une lettre dans laquelle il précise clairement à Marcel Aubut les comportements qu'il doit cesser, a révélé «La Presse», qui indique avoir eu copie du document.

Cette lettre vient s’ajouter à une plainte de harcèlement sexuel déposée contre lui ces derniers jours et à quelques révélations de femmes qui le décrivent comme un homme dépassant les limites en terme de gestes, de paroles et de comportements à caractère sexuel à leur endroit.

La lettre remise à M. Aubut montre qu'une rencontre a eu lieu le 3 juin 2011 entre trois personnes au sujet de harcèlement et d'une «très sérieuse allégation» survenue lors d'un week-end d'activités à Moncton, a rapporté «La Presse».

Il aurait fait des commentaires déplacés devant témoins, demandant à une femme de devenir sa copine et qu'elle vienne travailler pour lui.

Marcel Aubut se serait alors engagé à cesser de toucher les gens, cesser les baisers, cesser toute allégation sexuelle de tout ordre, tant devant des hommes que devant des femmes, cesser d'inviter des femmes à devenir sa copine et à travailler avec lui et d’arrêter de les complimenter sur leur beauté et de leur demander pourquoi elles n'étaient pas mariées.

Puisque M. Aubut se serait engagé à cesser ses comportements, aucune plainte officielle n'avait été portée.

En plus de la plainte initiale au Comité olympique canadien, rappelons qu'une avocate impliquée dans le sport, Amélia Salehabadi-Fouques, a révélé publiquement des comportements inappropriés dont elle a été victime. De plus, une ancienne adjointe de M. Aubut a révélé à TVA Nouvelles avoir été victime d'attouchements sexuels de la part de M. Aubut.

Le principal intéressé n'avait pas réagi aux dernières allégations vendredi après-midi.

 
Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.