/news/society
Navigation

Terrorisme: deux résidents permanents canadiens expulsés

ASFC Agence services frontaliers
Photo Archives / Agence QMI Logo de l'Agence des services frontaliers du Canada (ASFC), sur le badge d'un officier. Montréal, le 11 décembre 2012 (11-01-12). Logo for the Canada Border Services Agency (CBSA) on a officer's badge. JEAN-FRANCOIS VILLENEUVE/24H MONTREAL/AGENCE QMI

Coup d'oeil sur cet article

TORONTO – Deux hommes, dont un Torontois d’origine pakistanaise soupçonné de terrorisme, ont été expulsés du pays, a rapporté le National Post.

Jahanzeb Malik a quitté Montréal escorté par des agents de l'Agence des services frontaliers du Canada (ASCF), qui a refusé de commenter le dossier, selon le journal.

Il était suspecté d’avoir voulu faire exploser le consulat américain de Toronto et d’autres bâtiments dans le quartier des affaires. Son avocat avait déjà fait savoir que son client ne s’opposait pas à son renvoi et qu’il souhaitait quitter le Canada le plus tôt possible.

Un autre Pakistanais, Mohammed Aqeeq Ansari, a dû retourner dans son pays d'origine. Il avait été arrêté quelques jours après les attentats de Saint-Jean-sur-Richelieu lorsque la Commission de l’immigration avait conclu qu’il était mêlé au terrorisme et qu’il représentait un danger pour la société.

Ces renvois sont le résultat de longues discussions diplomatiques entre le Canada et le Pakistan, réticent à l’idée de rapatrier les deux hommes, explique le National Post. Ces expulsions ont été retardées pendant presque trois mois, le temps que les deux pays s’entendent.

Les deux hommes possédaient le statut de résidents permanents. Toutefois, ils ont perdu ce privilège lorsque la Commission de l’immigration et du statut de réfugié du Canada a conclu qu’ils avaient été impliqués dans un complot terroriste et qu’ils portaient atteinte à la sécurité nationale.