/sports/hockey/canadien
Navigation

Une occasion à saisir pour Galchenyuk et Eller

Une occasion à saisir pour Galchenyuk et Eller
JOEL LEMAY/AGENCE QMI

Coup d'oeil sur cet article

MONTRÉAL | Lorsque le Canadien de Montréal a repêché Alex Galchenyuk avec le troisième choix du repêchage de la Ligue nationale de hockey en 2012, l’organisation espérait avoir enfin déniché ce futur joueur de centre de premier plan dont les partisans rêvent depuis plus d’une décennie.

Le numéro 27 aura finalement la chance de démontrer son savoir-faire à sa position naturelle cette saison, après avoir été principalement utilisé sur le flanc gauche pendant ses trois premières années professionnelles. Visiblement plus mature, le principal intéressé aborde ce défi avec confiance, sans rien tenir pour acquis.

«Je suis toujours en période d’ajustement, je travaille sur certains points. Je pense que c’est une bonne chose de savoir que je vais commencer la saison au centre. Je peux me concentrer sur mon jeu et sur ce que j’ai à faire pour connaître du succès, a récemment expliqué l’athlète de 21 ans. J’aime évoluer à ce poste et j’apprends tous les jours. Je prends ça un jour à la fois.»

Galchenyuk, qui a touché la cible à son premier match préparatoire, a été jumelé avec Lars Eller et le nouveau venu Alexander Semin depuis le début du camp d’entraînement. Les trois joueurs semblent s’entendre à merveille sur la patinoire et aimeraient bien amorcer la saison ensemble.

«Il y a encore beaucoup de travail à faire, des aspects à améliorer, mais nous sommes heureux de la façon dont les choses ont commencé», a souligné l’ancien du Sting de Sarnia, dans la Ligue junior de l’Ontario.

«Nous sommes trois joueurs talentueux et nous n’avons pas peur d’essayer de nouvelles choses et d’utiliser nos habiletés. Nous sommes de bons patineurs capables de créer des jeux à pleine vitesse.»

Le nouveau Eller

Principalement utilisé dans des missions défensives, Eller a répété à maintes reprises par le passé qu’il se considérait comme un joueur de centre et non un ailier. Plutôt que de voir sa mutation à l’aile comme une rétrogradation, le Danois la conçoit comme une véritable occasion de s’établir dans un rôle offensif et d’ajouter une corde à son arc.

«Nous allons continuer de travailler fort, nous avons une bonne chimie en ce moment. Je pense que ça pourrait durer.»

«Je vais sûrement retrouver la position de centre en cours de saison, il y aura des blessures. Plusieurs choses surviennent pendant une année, a ajouté Eller. Je vois ça comme un avantage de pouvoir jouer aux deux positions.»

Même si la saison n’est pas encore commencée, l’entraîneur Michel Therrien espère que cette nouvelle combinaison apportera un nouveau souffle à son attaque et à son avantage numérique, qui ont manqué de mordant l’année dernière.

«S’ils continuent comme ça, ils vont rester ensemble, c’est certain, a confié Therrien lors d’un point de presse, il y a quelques jours. J’adore leur chimie et j’aime les voir provoquer autant de choses.»