/lifestyle/books
Navigation

Deux livres pour aider les parents d’enfants autistes

L’auteure Guylaine Robert et son fils Alexandre, un autiste âgé de 24 ans.
Photo courtoisie, Katherine Boisvert L’auteure Guylaine Robert et son fils Alexandre, un autiste âgé de 24 ans.

Coup d'oeil sur cet article

Se brosser les dents ou dormir toute une nuit dans son lit peut sembler banal pour les parents d’un enfant de cinq ans. Ces étapes peuvent toutefois s’apparenter à gravir l’Everest pour la famille d’un enfant autiste.

La mère d’un autiste des Laurentides vient de publier deux livres, Alexandre se brosse les dents et Alexandre va chez le dentiste, pour faciliter le quotidien des parents d’enfants vivant avec un trouble du spectre autistique (TSA).

«L’idée des contes, c’est d’aider les parents au quotidien, explique Guylaine Robert, mère d’Alexandre, un autiste âgé de 24 ans. Alexandre est le personnage principal, car mon implication en autisme, c’est lui. Je me suis basé sur lui, sur mes 24 années d’expérience et sur tout ce que l’on met en application à la maison.»

«Le visuel reste»

Pour mieux outiller les parents, Mme Robert, qui évolue dans le monde de l’autisme depuis 1997, a décidé de créer une série de contes où des mots tels que «maman», «papa» et «tablette» sont remplacés par des dessins.

Avec les jeunes autistes, «le visuel reste, mais les paroles s’envolent», selon Mme Robert. «Si on donne une consigne verbale à un enfant autiste, elle va disparaître plus vite que si on lui donne la même consigne accompagnée d’un pictogramme.»

Alexandre chez le dentiste

Grâce à son livre Alexandre chez le dentiste, Guylaine Robert espère venir en aide aux parents d’enfants autistes dans un moment qui les effraie.

«C’est vraiment problématique le dentiste avec mon garçon», reconnaît Valérie, maman d’un jeune autiste de cinq ans. «Je lui ai lu le livre plusieurs fois, il a adoré. Il prend plaisir à tourner les pages», souligne la maman. Cette dernière espère que le livre lui facilitera la vie lors de leur prochaine visite chez le dentiste.

Parmi ses trucs, Mme Robert suggère de visiter le dentiste quatre fois par année. «Avec Alexandre, on allait chez le dentiste deux fois pour l’examen et deux fois pour le nettoyage. Quand il y allait pour le nettoyage, Alexandre se rappelait que la fois précédente, ça avait été rapide. Ça le rassurait.»

Déjà offertes en français et en anglais, Les histoires d’Alexandre seront bientôt offertes en espagnol. Une version électronique sera également en vente d’ici Noël. L’auteure rêve de faire traduire ses livres en italien, en allemand et en portugais.