/news/politics
Navigation

Mulcair reste ferme sur la gestion de l’offre

Coup d'oeil sur cet article

UPTON – Le chef du NPD s’est rendu samedi dans une ferme laitière de Upton, en Montérégie, pour défendre une fois de plus le principe de la gestion de l’offre.

Il a aussi promis haut et fort qu'un gouvernement du NPD ne signera pas à n’importe quel prix un accord de libre-échange négocié dans le secret par les conservateurs.

«M. Harper n’a absolument aucun mandat pour sacrifier des fermes familiales comme celle-ci», a tranché Thomas Mulcair.

Plus tôt samedi, Stephen Harper a annoncé que les discussions se poursuivaient et avançaient, mais il n’a rien laissé filtrer sur le contenu de l’entente, ni sur ce que le Canada était prêt à céder pour avoir accès à un marché de 800 millions de personnes.

«Je n’accepterai aucune entente qui met en péril nos fermes familiales, un point c’est tout. Un gouvernement du NPD ne serait lié à aucune entente secrète signée par Stephen Harper à la veille des élections», a martelé le chef néo-démocrate.

Une fois de plus, Thomas Mulcair a décrié le caractère opaque et secret des négociations et se montre plus que prudent lorsqu’il est question des engagements du Canada avec les 11 autres pays qui se retrouvent à parapher le Partenariat transpacifique dans le but de conclure un nouvel accord de libre-échange. S’il est élu premier ministre, M. Mulcair s’engage à ne pas présenter n’importe quoi au Parlement.

«Ce règlement doit être entériné par la Chambre des communes et je ne présenterai pas un règlement qui menacerait les fermes familiales devant la Chambre des communes», s’est-il exclamé, rappelant que le Canada a vu disparaître pas moins de 30 000 fermes familiales ces dernières années.

 

Brèves

Vous désirez réagir à ce texte dans nos pages Opinions?

Écrivez-nous une courte lettre de 100 à 250 mots maximum à l'adresse suivante:

Vous pouvez aussi nous écrire en toute confidentialité si vous avez de l'information supplémentaire. Merci.