/opinion/columnists
Navigation

L’avocat et la vache à lait

Coup d'oeil sur cet article

Première question sur l’affaire Aubut: l’homme n’a pas de miroir chez lui?

Première question sur l’affaire Aubut: l’homme n’a pas de miroir chez lui?

Il ne s’est jamais vu du coin de l’œil quand il sort de la douche?

Il croit vraiment que c’est le rêve de toutes les femmes, d’entrer dans un bureau et de le voir en boxer?

Comme des dieux

Personnellement, si je ressemblais à DSK ou à Marcel Aubut, je me garderais une petite gêne.

Mais pas ces hommes.

Fiers de leur puissance, de leur richesse et de leur influence, ils se comportent comme s’ils étaient des dieux grecs.

Il faut dire à leur décharge que certaines femmes ne sont effectivement pas très regardantes sur la beauté quand le portefeuille est bien garni. Rien comme six diamants bien brillants pour faire oublier l’absence de six-pack.

Comme le disait Henry Kissinger, qui était considéré comme l’un des plus grands tombeurs du monde libre même s’il ressemblait à un ouaouaron: «Pour certaines femmes, le pouvoir est le plus grand aphrodisiaque.»

Mais de là à traiter TOUTES les femmes comme des allumettes qui perdent la tête dès qu’un portefeuille les enflamme, il y a un monde.

D’autant plus que dans le cas de maître Aubut, il faut un sacré pouvoir d’imagination pour voir le prince tapi au creux de la bête.

L’homme qui se prenait pour une poule

Deuxième question: pourquoi le COC (Comité olympique canadien, qui n’a jamais aussi bien porté son acronyme) a-t-il pris autant de temps pour sévir contre Me Aubut?

Ma réponse: parce qu’il ne voulait pas se débarrasser de sa vache à lait. Même si, parfois, elle chie sur le perron.

On se pince le nez, on ramasse les crottes, puis on hausse les épaules et on sort le p’tit banc pour la traire.

C’est comme le gag que raconte Woody Allen à la fin d’Annie Hall.

Un homme va voir un médecin et dit que son frère se prend pour une poule. «Pourquoi tu ne le fais pas interner dans un asile?» lui demande le docteur.

«Parce que j’ai besoin des œufs.»

Le COC a agi comme la CBC face à Jian Ghomeshi: l’organisme a préféré servir ses intérêts plutôt que respecter son ­code d’éthique.

Les affaires avant la morale.

«Oui, le gars a un comportement inacceptable, mais on a besoin de ses services...»

Alors on regarde ailleurs et on fait fi des rumeurs.

Défoncer des portes

Si Marcel Aubut avait été un quelconque subalterne sans grande valeur, il aurait été viré manu militari.

Mais il était puissant et son cercle d’influence était aussi large que son tour de taille, alors...

Les femmes que le bonhomme «cruisait» lourdement n’avaient qu’à se sacri­fier pour la cause des athlètes amateurs.

«On était vraiment sur une très bonne vague, a dit la patineuse Nathalie Lambert. Est-ce qu’on va pouvoir continuer de surfer sur cette vague-là sans quelqu’un comme Marcel Aubut, qui défonce des portes comme personne d’autre n’a réussi à le faire? Je ne suis pas sûre que, demain matin, quelqu’un d’autre pourra y arriver avec autant de succès.»

Oui, le gars se prend pour une poule. Mais on a besoin des œufs...

 

Brèves

Vous désirez réagir à ce texte dans nos pages Opinions?

Écrivez-nous une courte lettre de 100 à 250 mots maximum à l'adresse suivante:

Vous pouvez aussi nous écrire en toute confidentialité si vous avez de l'information supplémentaire. Merci.

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.