/news/society
Navigation

Le système de dénonciation serait plus efficace à Montréal

Coup d'oeil sur cet article

Contrairement à ce qu’avance un rapport, Montréal ne détiendrait pas le triste record de la violence conjugale au pays. Notre système de dénonciation serait tout simplement plus efficace.

Montréal, capitale de la violence conjugale au Canada? Pas moins de 281,5 cas de violence conjugale pour 100 000 habitants y ont été recensés en 2013.

Cette statistique se situe loin, très loin, devant Toronto, qui affiche un taux de 174,8 cas de violence familiale, et Vancouver, où l’on dénombre 159,6 cas pour 100 000 habitants.

Ces chiffres compilés par Statistique Canada et publiés dans le rapport Signes vitaux, réalisé pour la Fondation du Grand Montréal, doivent être toutefois accueillis avec une très grande prudence, croit la responsable du Regroupement des maisons de femmes victimes de violence conjugale.

«Ces données ne m’inquiètent pas du tout. La violence conjugale est un crime sous-dénoncé partout au pays. Au Québec, nous avons depuis 1995 une politique de violence conjugale qui permet une dénonciation plus systématique, et des directives pour les policiers qui leur permettent d’intervenir probablement mieux qu’ailleurs», affirme la porte-parole­­ Louise Riendeau.

Une hypothèse qui pourrait expliquer une autre donnée alarmante sur la violence conjugale au Québec.

Toujours selon le rapport Signes vitaux, Montréal se trouve parmi quatre autres villes québécoises où l’on retrouve les taux de violence familiale les plus élevés au Canada.

Pas plus de violence qu’ailleurs

«Plus de dénonciations, ça ne signifie pas plus de violence», nuance Mme Riendeau qui travaille auprès des organismes en violence conjugale depuis plus de vingt ans.

«Je ne vois aucune raison pour dire que l’on retrouve chez nous plus de violence conjugale. D’année en année, oui, le nombre de plaintes augmente et on a plus d’appels dans les centres d’aide. C’est plutôt une bonne nouvelle! Ça signifie que les femmes portent plainte et que les policiers les reçoivent», conclut-elle.

Portrait social de Montréal

Championne de la solitude

La grande région de Montréal est l’endroit où l’on retrouve le plus personnes vivant seules en Amérique du Nord, avec 33 % des ménages

Toujours plus de voitures

Hausse de 11 % de voitures entre 2008 et 2013. Une croissance plus rapide que la population montréalaise qui est de 5 %

Plus de faillites d’entreprises
  • Montréal : 3,4 faillites pour 1000 entreprises
  • Moyenne nationale : 1,2 faillite pour 1000 entreprises
  • Moyenne québécoise : 3 faillites pour 1000 entreprises
Les loyers les moins chers au pays

Pour un logement de deux chambres

  • Montréal : 739 $
  • Ottawa : 1132 $
  • Toronto : 1251 $
  • Vancouver : 1311 $
  • Calgary ­: 1322 $
...Et les plus hauts taux d’inoccupation
  • Montréal : 3,4 %
  • Toronto : 1,6 %
  • Vancouver : 1 %
Plus de violence conjugale
  • Montréal : 281,5 cas pour 100 000 habitants
  • Toronto : 174,8 cas pour 100 000 habitants
  • Vancouver : 159,6 cas pour 100 000 habitants

Source: Signes vitaux 2015-Fondation du grand Montréal

 

Brèves

Vous désirez réagir à ce texte dans nos pages Opinions?

Écrivez-nous une courte lettre de 100 à 250 mots maximum à l'adresse suivante:

Vous pouvez aussi nous écrire en toute confidentialité si vous avez de l'information supplémentaire. Merci.