/finance/opinion
Navigation

Le Bureau du premier ministre a freiné le processus d’accueil des réfugiés

Coup d'oeil sur cet article

OTTAWA – Immigration Canada a reçu l’ordre de ralentir le processus d’accueil des réfugiés syriens sous une directive émanant du Bureau du premier ministre Stephen Harper, et ce depuis déjà plusieurs semaines, a révélé le «Globe and Mail», jeudi.

Le quotidien torontois avance que les dossiers de réfugiés syriens appartenant à l’une des catégories les plus vulnérables, et pourtant référés par les Nations unies, doivent d’abord recevoir l’approbation du premier ministre avant de pouvoir entrer au Canada.

Toujours selon le «Globe and Mail», le Bureau du premier ministre est intervenu personnellement dans un dossier qui aurait dû normalement être traité par Citoyenneté et Immigration Canada. Cette ingérence est survenue dans les mois qui ont précédé la découverte du petit Aylan Kurdi échoué sur une plage turque, révélant du même coup l’ampleur de la crise des réfugiés.

Le Bureau du premier ministre aurait également demandé l’accès aux dossiers et à des informations considérées comme protégées et sensibles, touchant par exemple l’historique médical et plusieurs questions de nature privée, ouvrant ainsi de possibles brèches quant à la sécurité des informations transmises par les demandeurs d’asile.

Le journal conclut que des réfugiés dont les cas avaient été jugés prioritaires selon l’ONU ont dû attendre plus longtemps que nécessaire avant de pouvoir trouver refuge au Canada.