/lifestyle/food
Navigation

L’évolution du palais: Le cas Albert Bichot

Coup d'oeil sur cet article

Plus jeune, mon père disait qu’on aime le Bordeaux quand on a 20 ans, mais qu’avec le temps, on se tourne vers la Bourgogne. C’est ce qu’il appelle le «darwinisme viticole» du palais.

Au début, on a tendance à préférer les vins qui en mettent plein la gueule. On cherche des rouges concentrés, boisés et corsés. Pour les blancs, plus c’est riche, plus c’est boisé, moins c’est acide, mieux c’est. Avec le temps, le palais tend à s’affiner. On cherche la finesse et la nuance. La complexité aromatique prend le dessus sur la puissance structurelle. D’où le parallèle avec le Bordeaux et la Bourgogne, même si aujourd’hui on en trouve pour tous les goûts. Et qu’un Bordeaux le moindrement bien constitué – et Dieu sait qu’il y en a! – après 10 ou 15 ans de bouteille, c’est difficile à battre.

Des perles

Ce qui m’amène à vous parler de la visite, cette semaine, d’un grand Monsieur du vin: Albéric Bichot. Albéric est non seulement passionné et un fier représentant de la Bourgogne, il est surtout à l’origine du renouveau qualitatif de cette maison familiale fondée en 1831 par Bernard Bichot. Pour être parfaitement honnête avec vous et à quelques exceptions près, la qualité des vins Bichot au tournant des années 2000 semblait toucher le fond du baril. «Il nous a fallu revenir à la base», d’expliquer Albéric qui a pris les commandes de la maison en 1996. «À la base, c’est le terroir. Les moines ont pris des siècles à parcelliser et à hiérarchiser la Bourgogne. On a voulu revenir à cette volonté de relier le vin à son lieu de production.»

En dégustation, les vins ne sont peut-être pas les plus flamboyants, mais force est d’avouer qu’ils sont d’une qualité constante en plus d’être généralement représentatifs de leur origine. On trouve même de petites perles qui, non seulement passent sous le radar des amateurs avertis, mais se vendent à prix d’ami. On sent une indéniable recherche de pureté et de transparence dans les vins. Il reste peut-être à travailler la personnalité de chacun pour s’élever d’un cran, mais c’est loin d’être une mince affaire sachant l’importante production annuelle moyenne chez Bichot. Sauf qu’avec des maisons de négoce comme Bouchard, Drouhin ou Chanson qui ont placé la barre assez haute, Albéric sait qu’il n’a pas le choix.

Buvez moins. Buvez mieux

♦ Albert Bichot, Chardonnay Vieilles Vignes 2013, Bourgogne (18,45 $): Faire un grand vin en petite quantité, c’est une chose. Réussir un «petit» vin en très grande quantité, c’est une tout autre affaire! C’est le cas de ce chardonnay au profil charmeur par son joli grillé et son fruit mûr. Assez ample, tout en restant tendu. Simple et efficace. La Bourgogne à petit prix.

♦ Albert Bichot, Pinot Noir Secret de Famille 2012, Bourgogne (22 $): Coup de cœur de la dégustation. Assemblage de raisins provenant de parcelles jouxtant celles de villages prestigieux (Vosne-Romanée, Pommard, Chambolle-Musigny, etc.). Du pinot juteux, enveloppant tout en restant ciselé. Harmonieux et de complexité enviable, il montre de la sève et une petite astringence végétale en finale qui apporte du coffre. Il en reste peu dans le réseau, mais la SAQ doit en recevoir 140 caisses d’ici quelques semaines.

♦ Réserve de Louis Eschenauer 2013, Bordeaux (16,55 $ - actuellement soldé à 15,05 $): Nouveau millésime pour ce vin depuis longtemps au répertoire bordelais de la SAQ. Bien typé avec des notes de cassis, de bleuet et de pâtisserie. C’est souple, presque tendre tout en conservant une belle droiture. Parfait avec les brochettes de bœuf au sésame.

♦ Foncalieu, Le Versant Syrah 2014, VDP Hérault (15,05 $): L’aubaine de la semaine! À l’aveugle, on reconnaît rapidement la syrah par ses tonalités de violette, de poivre et un accent sudiste de framboise en confiture. La bouche montre un bon volume et affiche une belle richesse, le tout s’articulant autour de tanins lisses, ce qui laisse une impression veloutée au palais. Excellent rapport qualité/prix/plaisir.

Vin plaisir

Pour offrir ou se faire plaisir

Domaine du Clos Frantin Gevrey Chambertin Les Murots 2012 [★★ | $$$ ]

Photo courtoisie

13 %, France

Type: Vin rouge sec

Code: 12517197

Prix: 65,25 $

Oh que ça pinotte, les amis!

Des parfums aguicheurs d’épices, de cannelle, de cerise et de fleur. Bouche gourmande, presque croquante avec une jolie structure tannique bien intégrée à la matière juste assez riche. C’est précis, nuancé, long, assez suave et expansif. On note une petite impression de puissance en finale s’entremêlant aux flaveurs de bonbon acidulé. Un Gevrey-Chambertin au tracé de bouche soyeux et énergique qui rappelle un cru de Morey-St-Denis. Une belle bouteille qui pourrait faire la barbe à bien des premiers crus vendus nettement plus cher. Miam!


Albert Bichot, Chardonnay Vieilles Vignes 2013 [★★ | $$ ]

Bourgogne

12,5 %, France

Taux de sucre : 2,2 g

Prix : 18,45 $

Code : 10845357


Albert Bichot, Pinot Noir Secret de Famille 2012 [★★★ | $$ ]

Bourgogne

12,5 %, France

Taux de sucre : 2,3 g

Prix : 22 $

Code : 11153281


Réserve de Louis Eschenauer 2013 [★★ ½ | $$ ]

Bordeaux

12 %, France

Taux de sucre : 2,5 g

Prix : 16,55 $ en solde à 15,05 $

Code : 517722


Foncalieu Le Versant Syrah 2014 [★★ ½ | $$ ]

VDP Hérault

13,5 %, France

Taux de sucre : 2,3 g

Prix : 15,05 $

Code : 11676436


Correct

★★ Bon

★★★ Très bon

★★★★ Excellent

★★★★★ Exceptionnel

Plus d’étoiles que de dollars: vaut largement son prix.

Autant d’étoiles que de dollars: vaut son prix.

Moins d’étoiles que de dollars: le vin est cher.

www.saq.com

514-254-2020, 1 866-873-2020