/misc
Navigation

Le « Flushgate» : un concentré de... manies médias

Le « Flushgate» :  un concentré de... manies médias

Coup d'oeil sur cet article

Que faut-il penser du déversement prévu, du 18 au 25 octobre prochain, de 8 milliards de litres d’eaux usées dans le St-Laurent ? Et qu’y a-t-il à en dire, sur le plan des communications ? Une des choses qui me frappent à ce sujet, quand j’y pense, c’est l’avalanche de phénomènes qui caractérisent désormais nos médias, à s'être mis en branle ici. Les voici, en quelques points :

L’image et l’émotion : Rapidement, une pétition s’est mise à circuler en ligne, intitulée « Le Saint-Laurent n’est pas une poubelle ». Qui peut être contre cet énoncé ? Après cela, bonne chance pour essayer de donner du contexte... Pour parler, par exemple, du débit du Saint-Laurent, et expliquer pourquoi, en l’occurrence, on a estimé que c’était ici la moins pire des solutions. C’est comme quand on doit expliquer la notion de risque : dans des contextes d’épidémie, par exemple... J’ai commencé ma carrière en faisant du journalisme scientifique, et je constate que ça n’a pas changé : l’information complexe se retrouve toujours complètement occultée devant les déclarations-chocs et les images fortes.

Les répercussions à l’international : Dans ce cas-ci, on a Paris-Match qui s’en est mêlé d’un côté, et Erin Brokovich de l’autre. La totale... C’est presque aussi gênant que les dénonciations de Mordecai Richler sur nos lois linguistiques dans le New Yorker à l’époque.... Ou que le Pastagate, plus récemment. Et ça fait un œil au beurre noir au Québec, que ce soit justifié ou pas.

Le suffixe « gate » : Fascinant de voir l’apparition régulière de ce suffixe, accolé à un événement. Pastagate. « Deflategate ». Et, l’événement qui nous occupe, s’est rapidement retrouvé surnommé le « Flushgate ». Quels sont les critères qui amènent un événement  à se mériter le suffixe «gate »?

Les unités de mesure : Dans les médias, il y a des classiques de la mesure. Pour la superficie, c’est  le terrain de football. Comme dans « la superficie occupée par tel projet équivaut à 10 terrains de football »... Pour le volume, on compte en piscines olympiques. On a donc appris que les déversements prévus équivaudront à 2600 piscines olympiques...  Et, on a vu apparaître une nouveauté intéressante ici : le stade olympique comme unité de volume. On a donc appris que le déversement équivaudrait à quatre stades olympiques pleins.... Élément à retenir pour l’avenir : quand on compte en termes de « stades olympiques », c’est du sérieux...

Le « Flushgate » est un des sujets dont je discuterai demain matin (dimanche 11 octobre), avec deux autres experts des communications, à l’émission RDI Matin Week-end, entre 8 h 15 et 9 h .

Et vous? Que pensez-vous de tout cela?