/sports/hockey
Navigation

Une victoire soulageante

Les Saguenéens remportent leur premier match de la saison

Gabryel Paquin-Boudreau a été tout feu tout flamme face aux Wildcats. Il complète ici la superbe préparation de Dmitry Zhukenov.
Photo roger gagnon Gabryel Paquin-Boudreau a été tout feu tout flamme face aux Wildcats. Il complète ici la superbe préparation de Dmitry Zhukenov.

Coup d'oeil sur cet article

Les ténors des Saguenéens ont pris les choses en main, samedi, alors qu’ils ont permis à leur équipe de savourer un premier gain en dix sorties cette saison, en défaisant les Wildcats de Moncton 6 à 3 devant 1592 spectateurs au centre Georges-Vézina.

Gabryel Paquin Boudreau (2 buts et 1 passe), Frédéric Allard (2 buts et 1 passe), Dmitry Zhukenov (2 passes), Antoine Marcoux (2 passes) et Nicolas Roy (1 but) ont mené l’offensive comme ils se doivent de le faire. L’autre filet des Bleus a été marqué par le nouveau venu Garrett Johnston (voir autre texte).

«C’est beaucoup de pression qui vient de tomber, a avoué Paquin-Boudreau qui a été nommé la première étoile de la rencontre. Veux, veux pas, les gars se mettaient beaucoup de pression et on commençait à tenir notre hockey serré. Une belle victoire de même, ça fait du bien.»

Pour sa part, l’entraîneur-chef des Chicoutimiens Yanick Jean a mentionné que ses joueurs ont joué du hockey solide dans les moments clés, ce qui a fait la différence.

«On les a limités, on ne les a pas laissés compter deux buts consécutifs. On a eu de bonnes présences après des buts de l’autre équipe et de notre équipe. Il n’y a pas de moments où on s’est fait mal nous-mêmes», a-t-il analysé.

Sur la bonne voie

Selon lui, ses ouailles ont été récompensées pour leurs efforts lors des quatre derniers matchs.

«Honnêtement, on le sentait vraiment venir, a déclaré le pilote de la formation chicoutimienne. Tu sens que nos performances sont de plus en plus solides. Il y a beaucoup de positif à retirer de cela.»

Les locaux ont été efficaces dans les différentes phases de jeu. Ils ont été parfaits en quatre infériorités numériques, ont réussi deux filets en six avantages numériques, tout en étant les meilleurs à cinq contre cinq.

De son côté, Julio Billia a effectué les arrêts importants aux bons moments. Il a réalisé 22 arrêts, ne cédant que devant Stephen Johnson, Zachary Malatesta et Manuel Wiederer.

«On a fait moins de revirements que d’habitude. On a été solide et pour moi, ça a été facile», a fait savoir le gardien des Sags.

Ces derniers tenteront de livrer une autre performance inspirée, cet après-midi, lors de la visite des Screaming Eagles du Cap-Breton, à l’occasion du match spécial voué à la lutte contre le cancer du sein.

«Pour moi, c’est important. [...] Je vais faire des choses spéciales avec les joueurs avant le match», a indiqué Yanick Jean qui dévoilera la nature de ces «choses spéciales» après l’affrontement.

 

Des débuts réussis pour Johnston

 

Garrett Johnston n’a pas mis de temps avant de se faire des nouveaux amis au Saguenay.

À sa première partie dans son nouvel uniforme, l’arrière de 20 ans a compté son premier but de la saison, tout en excellant défensivement.

«C’était définitivement le match parfait pour commencer, a lancé le no 8 des Sags en entrevue après la joute. Je joue avec cette équipe depuis une semaine et ça n’a rien à voir avec une équipe de 0-9 (zéro victoire et neuf défaites). On a une bonne équipe et on peut se lancer sur une séquence avec cette victoire.»

Ce premier but était d’autant plus savoureux puisqu’il l’a réussi aux dépens de ses anciens coéquipiers, dont le portier Sébastien Dupré.

«J’ai essayé de voir ça comme un match comme un autre, mais c’est sûr que ç’a été un petit extra et un bon sentiment de marquer contre mon ancienne équipe.»

Vanté par l’entraîneur

Son instructeur Yanick Jean a d’ailleurs vanté ses mérites dans son point de presse.

«Johnston a joué un match très solide, a-t-il souligné. Simard [Louis-Philippe], Allard [Frédéric] et Johnston ont vraiment été bons pour nous à la défense.»

Parlant de Simard, il s’est vu décerner le marteau et le casque de la quatrième étoile, qu’il arborait fièrement lors de son brin de causette avec les médias. Habituellement utilisé comme attaquant, ce dernier s’est transformé en défenseur lors des trois derniers matchs.

«Je m’attendais à jouer à la défense mais pas autant que ça. J’ai même joué en avantage numérique à la fin, j’étais surpris, a partagé Simard, qui a également évolué en désavantage numérique. J’en profite, ça va bien.»