/entertainment/tv
Navigation

14 choses à savoir sur le passage de Justin Trudeau à Tout le monde en parle

14 choses à savoir sur le passage de Justin Trudeau à Tout le monde en parle
Tout le monde en parle

Coup d'oeil sur cet article

Le marathon électoral de 79 jours tire à sa fin. Le chef du Parti libéral du Canada, Justin Trudeau, espère que les Canadiens et les Canadiennes feront un choix éclairé le 19 octobre prochain.

Le fils du défunt Premier ministre Pierre-Elliott Trudeau était de passage sur le plateau de Tout le monde en parle, ce dimanche.

Voici les meilleurs moments de son entrevue avec Guy A. Lepage et Dany Turcotte. 

«Écoutez, je me suis demandé comment je pourrais me reprendre... On avait un échange enflammé... C’est un reflet de ma vie à la maison avec Sophie», explique Trudeau concernant le dernier débat des chefs où il a appelé Gilles Duceppe, "mon amour".»

«Je suis pas mal certain que Stephen Harper ne sera plus Premier ministre après le 19», lance le chef des libéraux. 

«On peut choisir un meilleur premier ministre, un meilleur Premier ministre que Stephen Harper», espére-t-il. 

«Moi, toute ma vie les gens ont voulu me critiquer pour ceci, pour cela. Même avant que je sois politicien. Il y a fallu que je développe de la confiance en moi pour être capable de me battre», explique le chef de parti. 

«J’élève mes enfants en français. On parle toujours en français à la maison, avec Sophie.»

«Pour moi l’important c’est de défendre les droits des minorités, les droits des femmes...»lance Trudeau.

«Ça fait 10 ans que M. Harper ne livre pas la marchandise et maintenant il a trouvé un enjeu qu’il trouve commode pour distraire de tous les éléments qu’il a amochés dans notre économie. Il n’a pas livré la marchandise. Les gens savent ou je me place là dedans.»

« Je ne trouve pas que l’État devrait imposer à une femme ce qu’elle ne devrait pas porter.»

«On a une chance maintenant de reprendre une vision pour ce pays plus optimiste, plus généreuse. Pour moi cette élection doit être plus importante que cet enjeu-là [le niquab]», lance Justin trudeau concernant le débat sur le niquab. 

«Je sais que les gens veulent un autre premier ministre que M. Harper.»

«Si je ne veux pas voter pour moi, comment est-ce que je pourrais m’attendre à ce que les autres votent pour moi? Je pense que je suis bon un candidat pour Papineau.»

«La place pour les terroristes c’est en prison. M. Harper mise sur les émotions et la peur avec cette loi-là», explique le chef du Parti libéral concernant la loi C-24.

«Présentement les jeunes trouvent le moyen d’acheter de la marijuana facilement. Le problème c’est que c'est plus difficile d’acheter une bière ou une cigarette que d’acheter un joint...»

«Si on contrôle et qu’on règlemente [la marijuana], on va pouvoir épargner en poursuite judiciaire et enlever une source de revenus importante aux criminels, tout en protégeant nos jeunes.»