/news/currentevents
Navigation

La Défense nationale recherche des pirates informatiques

L’armée veut tester la cybersécurité de ses véhicules

Coup d'oeil sur cet article

Les Forces canadiennes ont lancé un appel d’offres afin de trouver des experts capables de tester la cybersécurité de leurs véhicules.

L’offre d’emploi concerne plus précisément la «cybersécurité des systèmes ­automobiles». «Au cours des trois dernières années, la communauté des pirates informatiques a montré à plusieurs reprises qu’il est possible de compromettre la ­cybersécurité des voitures», mentionne l’appel d’offres.

Dans le cas des systèmes des véhicules, les cyberattaques sont préoccupantes, car la sécurité des passagers ou d’autres usagers de la route pourrait être compromise.

De «bons» pirates

«On recherche des gens qui se spécialisent à penser et à utiliser des méthodes qui sont en vogue à l’heure actuelle par les pirates illégaux», explique l’expert Michel Juneau-Katsuya.

Comme il est stipulé, Travaux publics et Services gouvernementaux Canada est responsable des achats, mais l’utilisateur final est la Défense nationale.

«Une voiture fabriquée en 2014 peut contenir jusqu’à 100 ordinateurs qui exécutent 60 millions de lignes de codes et gèrent 145 actionneurs et 75 capteurs», explique également l’appel d’offres.

Des cyberattaques visant des technologies de l’information comme les ordinateurs personnels et les serveurs entraînent généralement surtout des dommages comme la perte, la modification ou le vol d’information ou d’argent, ainsi que la perturbation des activités.

La Défense nationale veut comprendre les problèmes, mais aussi prévoir des mesures d’atténuation. Les spécialistes recherchés devront mettre l’accent sur les éléments de communications intravéhiculaires. Les travaux seront exécutés à Valcartier.