/elections/npd
Navigation

Mulcair refuse de se laisser abattre par les sondages

Thomas Mulcair refuse de se laisser abattre par les sondages qui placent son parti en troisième position.
Photo Le Journal de Québec, Marc-André Gagnon Thomas Mulcair refuse de se laisser abattre par les sondages qui placent son parti en troisième position.

Coup d'oeil sur cet article

SASKATOON –Le chef du NPD refuse de se laisser abattre par les sondages qui placent son parti en troisième position à l’échelle nationale alors qu’en début de campagne certains sondeurs laissaient présager un gouvernement minoritaire néo-démocrate.

«C’est seulement le NPD qui peut défaire les conservateurs. [...] Donnons aux Canadiens ce qu’ils méritent, un bon gouvernement NPD avec une solide majorité», a lancé le chef néo-démocrate, lors d’un rassemblement au local électoral de sa candidate dans Saskatoon-Ouest, Sheri Benson.

Des gains possibles dans Les Prairies

C’est après un weekend passé en Colombie-Britannique, où le plus récent sondage Nanos signale une baisse des intentions de vote pour le NPD au profit d’une remontée des libéraux, que Tom Mulcair a mis le cap vers la Saskatchewan, où le phénomène inverse est observé.

Aux dernières élections fédérales, des luttes très serrées entre conservateurs et néo-démocrates ont eu lieu à Saskatoon. Les troupes de Thomas Mulcair sont confiantes de remporter plusieurs sièges dans Les Prairies. Plusieurs croient que le vote stratégique pourrait les avantager.

Francophones

Tom Mulcair en a profité pour courtiser l’électorat francophone de la Saskatchewan, en rappelant le projet de loi porté avec succès par la députée néo-démocrate sortante Alexandrine Latendresse (Louis-Saint-Laurent).

«Les grands commis de l’État, les officiers qui relèvent du Parlement seront dorénavant obligés de connaître les deux langues officielles avant d’être nommés. Ça c’est du vrai progrès pour les francophones au Canada», s’est réjoui le chef du NPD.

Cinquante ans après l’adoption de la loi sur les langues officielles, M. Mulcair croit aussi qu’il serait temps que quelqu’un nommé juge à la Cour suprême devrait comprendre les plaidoiries dans les deux langues.

«Ça va être le NPD qui va amener ça à Ottawa», a-t-il déclaré, en s’engageant à en faire plus que tout autre parti pour assurer la pérennité de la langue française partout au Canada.

Sondages

«Vous étiez avec nous sur l’île de Vancouver dimanche. Vous avez constaté l’énergie. Partout en Colombie-Britannique les gens savent que seul le NPD peut défaire les conservateurs», a indiqué le chef néo-démocrate un peu plus tôt, lors d’un point de presse à Maple Ridge.

«Oui, à travers le Canada, les Canadiens qui veulent du changement, qui veulent voir les choses différemment, savent que seul le NPD offre cet espoir pour le changement», a indiqué M. Mulcair, à une semaine du scrutin général.

«Pour la première fois dans l’histoire du Canada, il y a une course à trois. Pour la première fois dans l’histoire du Canada, il y a un autre parti que les deux vieux partis qui forme l’opposition officielle et un gouvernement en attente», a poursuivi le leader néo-démocrate.

- Avec Agence QMI