/finance/business
Navigation

Cure de rajeunissement pour les boutiques Souris Mini

La boutique de Cap-Rouge, qui a subi une transformation majeure, donnera le ton à l’ensemble des boutiques Souris Mini. Sur la photo, Annie Bellavance et Steeve Baudet, propriétaires. 
La boutique de Cap-Rouge, qui a subi une transformation majeure, donnera le ton à l’ensemble des boutiques Souris Mini. Sur la photo, Annie Bellavance et Steeve Baudet, propriétaires. 

Coup d'oeil sur cet article

Le bébé a grandi, mais il a su garder son cœur d’enfant. Souris Mini, qui a eu 25 ans l’année dernière, revoit l’ensemble de ses magasins pour rafraîchir son image.

Jusqu’à présent, 15 magasins sur 29 ont subi une cure de rajeunissement. L’entreprise de Québec a investi près de 4,5 millions $ pour refaire l’apparence de ses boutiques.

Le nouveau magasin phare de la rue Esther-Blondin représente bien l’esprit qui habite les propriétaires de la chaîne, Annie Bellavance et Steeve Baudet.

«Chez Souris Mini, on est une grosse gang de gens créatifs. On s’est occupé de tout. On a fait les brocantes pour trouver des objets ludiques dans ce concept unique qui met en valeur le recyclage et la protection de l’environnement», a indiqué Mme Bellavance.

D’ailleurs, l’authentique Mini Austin qui décore le magasin de Cap-Rouge ne donne qu’une seule envie: partir à l’aventure!

«On est fantaisistes et on veut le rester», a ajouté M. Baudet.

Pour le consommateur, la nouvelle façon de disposer la marchandise fait en sorte qu’il est plus facile de s’y retrouver et de gagner du temps.

«Actuellement, on refait tous nos concepts. Plusieurs dataient de 2002. Tant qu’à renégocier les baux, on réalise des investissements pour refaire la nouvelle image», a expliqué M. Baudet.

De la literie Souris Mini

En plus de s’attarder à son image, Souris Mini mise sur l’ouverture de nouveaux magasins dans l’Ouest canadien pour continuer sa croissance. L’entreprise intégrera, à partir du printemps 2017, de la literie à ses collections de vêtements.

«On veut ouvrir sept boutiques à partir de la fin 2016. On magasine actuellement les emplacements. On se donne quatre ans pour le faire», a dit M. Baudet.

Dernièrement, le Fonds de solidarité FTQ a investi 6 millions $ dans l’entreprise pour l’aider à rester concurrentielle dans un marché qui a été éprouvé ces dernières années.

Pour rester dans la partie, Souris Mini a injecté une somme importante dans la refonte de son site transactionnel, qui couvrira aussi le territoire des États-Unis.

Outre ses points de vente au Québec, l’entreprise possède un magasin en Ontario et un à Lyon, en France. Souris Mini compte 70 employés à son siège social et près de 300 autres dans ses magasins.