/news/society
Navigation

Ils se battent pour sauver leur église

Si elle ne trouve pas un acheteur prêt à débourser 15 000 $, elle sera démolie

Coup d'oeil sur cet article

ISLAND BROOK | Une église située en Estrie devrait être déménagée pour faire de la place au cimetière. Si elle n’est pas vendue d’ici janvier 2016, elle s’écroulera sous le pic des démolisseurs.

«Visiblement, les gens vont moins à l’église, mais ils continuent à mourir», lance à la blague le responsable des lieux, Donald Parsons.

L’église Unie d’Island Brook, construite en 1870, est en vente pour la somme de 15 000 $. Utilisée au départ par l’Église méthodiste, elle a ensuite servi à l’Église Unie du Canada à partir de 1925. Les lieux ne sont plus utilisés depuis 1969, sauf en de rares occasions.

À l’intérieur, les murs sont couverts de boiseries. Les bancs sont encore en place, les bibles aussi. Le plancher craque sous les pas et l’orgue peut encore y résonner.

«C’est une très belle église... Encore solide. J’aimerais qu’on lui trouve un nouveau chez-soi», ajoute M. Parsons.

Les frères Frédéric et Maxime Robert, deux résidents du secteur, espèrent que les acheteurs potentiels sauront reconnaître la valeur historique du bâtiment.

Ayant participé à la restauration d’une petite église du même type à East Angus, ils ne peuvent pas accepter qu’un pan de l’histoire de la MRC du Haut-Saint-François soit ainsi démoli.

«Des petites églises comme celle-ci, il y en a plusieurs sur notre territoire. Si rien n’est fait, c’est notre patrimoine bâti que nous perdrons», explique Maxime Robert.

Sauvegarde possible

Les deux hommes mettent actuellement tout en œuvre pour que la vente se concrétise.

En plus de faire la promotion du bâtiment, ils offrent leurs services pour démonter et numéroter chacune des pièces en vue de la reconstruction.

«On veut que les gens sachent que si le fait de déplacer l’église est un problème, nous offrons une solution», mentionne Maxime Robert, en ajoutant que le prix estimé pour cette tâche est le même que celui d’une démolition conventionnelle.

Ce dernier croit fermement que quelqu’un, quelque part, rêve d’habiter une église de campagne comme celle-ci.

Quant à Donald Parsons, il espère que celui qui se manifestera conservera son cachet.

Brèves

Vous désirez réagir à ce texte dans nos pages Opinions?

Écrivez-nous une courte lettre de 100 à 250 mots maximum à l'adresse suivante:

Vous pouvez aussi nous écrire en toute confidentialité si vous avez de l'information supplémentaire. Merci.