/opinion/blogs/columnists
Navigation

Nos auteurs

CA_Steve E. FortinCA_Marie-Eve DoyonCA_Stéphane Lessard

Alerte rouge

Justin Trudeau de passage � Montr�al.
MAXIME DELAND/AGENCE QMI

Coup d'oeil sur cet article

Il semble que ce soit entendu, le prochain gouvernement canadien sera libéral et le premier ministre, un Trudeau.
Harper peut dire adieu au 24 Sussex
Les sondages pointent tous dans la même direction, les libéraux sont en montée partout et le NPD largué, surtout en Ontario, là où ça compte le plus. Les conservateurs, dont le vote est souvent sous-estimé, pourraient encore remporter une pluralité de sièges, mais comme Duceppe, Mulcair et Trudeau ont formellement écarté toute possibilité de soutenir la formation d’un nouveau gouvernement conservateur, Stephen Harper peut dire adieu au 24 Sussex.
Un NPD avec pas de chef
Maintenant que le danger conservateur est écarté, le NPD perd toute sa pertinence au Québec. Ce parti, qui s’est systématiquement positionné contre les intérêts et les valeurs du Québec, a laissé tomber ses valeurs progressistes sur le chemin d’un pouvoir illusoire.

Maintenant que le danger conservateur est écarté, le NPD perd toute sa pertinence au Québec.

En plus, voter pour le NPD aujourd’hui, ce serait voter en aveugle, sans savoir qui sera à sa tête dans les prochains mois. S’il parvient à arracher la victoire dans sa propre circonscription, il y a fort à parier que la base néodémocrate voudra faire payer à M. Mulcair toutes les couleuvres qu’elle aura eu à avaler. Le NPD pourrait alors se retrouver sans chef pour un long moment. 
Pas de chèque en blanc aux libéraux de Trudeau
Gilles Duceppe le rappelait mercredi matin, le Parti libéral du Canada de Justin Trudeau va systématiquement à l’encontre des valeurs et des intérêts du Québec sur nombre d’enjeux. Le PLC est en faveur d’Énergie Est, de Belledune, de l’exploitation accrue des sables bitumineux. Il n’a pris aucun engagement sérieux envers nos producteurs agricoles, envers l’industrie de la forêt et il compte piger dans la caisse d’assurance-emploi. Le Parti libéral est pour l’assermentation, le vote et les services publics à visage couvert. Justin Trudeau n’a pris aucun engagement concret pour régler un déséquilibre fiscal qu’il ne reconnaît même pas, sans parler de rétablir les transferts en santé.
Est-ce que les Québécois sont prêts à donner un chèque en blanc à ce Parti libéral qui a fait mal au Québec à chaque occasion? À un chef allergique à l’idée que le Québec puisse décider librement de son avenir et qui déteste évoquer le fait que les Québécois forment une nation?
Rentrer dans le rang canadien en votant libéral ou se tenir debout en votant Bloc Québécois
L’enjeu électoral a complètement changé en quelques jours. Les Québécois se retrouvent maintenant devant un choix familier : rentrer dans le rang canadien en votant libéral ou se tenir debout en votant pour le Bloc Québécois. Que voulons-nous face à un gouvernement libéral à Ottawa? Un NPD qui a perdu toute sa pertinence ou un Bloc Québécois mené par le chef le plus expérimenté et le plus fiable?

Ajout: On apprend que le co-président de la campagne libérale a été obligé de démissionner à cause de sa promiscuité avec Trans-Canada, le promoteur du projet d'oléoduc Énergie Est. Les libéraux ne forment même pas encore le gouvernement que déjà, un des leurs doit démissionner. Décidément, ça prend un chien de garde à Ottawa.