/sports/opinion/columnists
Navigation

Une équipe bien rodée

Coup d'oeil sur cet article

Pour la première fois depuis l’automne 1977, le Canadien présente une fiche parfaite après quatre matchs. Andreï Markov, doyen de l’équipe actuelle, n’était pas de ce monde. C’est vous dire.

Mais gardons les pieds sur terre. Ne nous emballons pas. Il reste 78 rencontres au calendrier de la saison régulière. C’est un marathon qui s’amorce, pas un sprint.

Par contre, les signes positifs sont nombreux en ce jeune début de saison.

La semaine dernière, Marc Bergevin a déclaré qu’il croyait son équipe supérieure à ce qu’elle qui avait commencé la saison, l’an dernier. Ce qu’on a vu au cours des quatre premiers matchs tend à lui donner raison.

À pareille époque l’année dernière, le Tricolore comptait dans ses rangs des vétérans usés comme Mike Weaver, Manny Maholtra et Travis Moen.

On retrouvait, par ailleurs, des joueurs autour de la trentaine et hypothéqués physiquement comme Brandon Prust et Pierre-Alexandre Parenteau et, enfin, des jeunes comme Jiri Sekac et Michaël Bournival.

Groupe solide

Ces joueurs ont été remplacés par des joueurs plus talentueux comme Jeff Petry et Nathan Beaulieu à la défense et des joueurs de profondeur comme Greg Pateryn, Torrey Mitchell, Alexander Semin, Tomas Fleischman, Devante Smith-Pelly, Brian Flynn et Paul Byron.

Devant le filet, Mike Condon a supplanté Dustin Tokarski au poste de gardien auxiliaire.

Therrien a une équipe bien rodée sous la main, une équipe que son personnel d’adjoints et lui préparent de la meilleure façon possible.

Car lorsqu’on fait le bilan du travail des entraîneurs avec Therrien comme chef de file depuis quatre ans, le Canadien n’a jamais connu de longues séries sans victoire.

Les nouveaux venus donnent plus de corps à l’équipe et fournissent de meilleures composantes à Michel Therrien.

Jusqu’ici, on l’a tous remarqué,Therrien n’a pas eu à remanier ses trios.

Le capitaine est en feu!

Le trio Pacioretty-Plekanec-Gallagher a été le meilleur face aux Penguins, hier soir. Les trois ont totalisé 14 tirs au but, soit presque la moitié des leurs (30).

Si Pacioretty continue sur sa lancée et qu’il est épargné par les blessures, il franchira le plateau des 40 buts.

La deuxième ligne d’attaque formée de Lars Eller, Alex Galchenyuk et Alexander Semin a été moins visible.

En revanche, le quatrième trio composé de Smith-Pelley, Mitchell et Flynn a embouteillé les Penguins toute la soirée, incluant même le premier trio des Penguins formé de Chris Kunitz, Sidney Crosby et Phil Kessel, qu’on avait très peu vu avant que Price n’effectue un arrêt du tonnerre aux dépens de Crosby pour préserver l’avance des siens.

La combinaison Fleischman, Desharnais et Weise a frappé au bon moment en troisième période, quoique Desharnais semblait avoir commis de l’obstruction à l’endroit de Sergeï Plotnikov avant que le jeu ne se transporte dans le territoire des Penguins.

Du côté des défenseurs, Markov a joué tout un match aux côtés de P.K. Subban. Mais il a été encore surutilisé avec un temps de jeu de 25 minutes.

Brèves

Vous désirez réagir à ce texte dans nos pages Opinions?

Écrivez-nous une courte lettre de 100 à 250 mots maximum à l'adresse suivante:

Vous pouvez aussi nous écrire en toute confidentialité si vous avez de l'information supplémentaire. Merci.