/elections/bq
Navigation

Duceppe voit les libéraux au pouvoir

Gilles Duceppe
Photo AGENCE QMI, JOEL LEMAY Gilles Duceppe

Coup d'oeil sur cet article

MASCOUCHE | Alors que les chefs des principaux partis politiques fédéraux convergent vers le Québec pour faire campagne, Gilles Duceppe voit les libéraux au pouvoir et soutient que le NPD n'a plus aucune pertinence au Québec.

Libéraux et NPD logent à la même enseigne sur plusieurs questions névralgiques au Québec, a soutenu le chef du Bloc à l'occasion d'un point de presse. «Ça prend une vraie opposition face à un gouvernement qui pourrait être libéral.»

Le projet de pipeline Énergie Est en est un exemple, les libéraux et le NPD étant en faveur, a plaidé le chef du Bloc. «L'ancienne directrice adjointe des communications du NPD travaille maintenant pour TransCanada, elle s'appelle Erin Jacobson.»

Comme les libéraux, le NPD ne s'oppose pas au «pillage de la caisse de l'assurance emploi», a continué M. Duceppe; idem pour le vote à visage découvert, «le NPD pense exactement la même chose que les libéraux (...) Quand les libéraux choisissent le Canada au détriment du Québec, le NPD ne s'oppose pas, il applaudit. Le NPD n'est plus pertinent face à un éventuel gouvernement libéral.»

Le chef du Bloc québécois a aussi pourfendu les initiatives du coprésident de la campagne du Parti libéral, Dan Gagnier, qui a donné des conseils à TransCanada pour faire du lobby auprès du prochain gouvernement fédéral au sujet du projet Énergie Est. M. Gagnier a démissionné de sa fonction au PLC. «Cette promiscuité entre les promoteurs d'Énergie Est et les libéraux est malsaine, c'est un manque flagrant d'éthique», a martelé Gilles Duceppe.

Le chef souverainiste à lancé un défi au chef libéral Justin Trudeau: rencontrer les maires de la couronne nord de Montréal qui s'opposent au passage du pipeline Énergie Est sur leurs terres. «TransCanada a un accès privilégié à Justin Trudeau mais le chef libéral n'a même pas le coeur de rencontrer les maires de la région pour leur parler, moi je les ai rencontrés. Je mets donc au défi le chef libéral de venir rencontrer le maire de Mascouche et les maires aux prises avec le projet Énergie Est, dont le maire de Laval Marc Demers», a suggéré M. Duceppe.

Aux autres chefs de partis qui sont débarqués au Québec pour faire campagne, Gilles Duceppe y voit le signal qu'«ils se sentent menacés (...) Sinon ils ne viendraient pas faire campagne ici. Sur la plupart des grands enjeux, ces gens-là sont en rupture avec le Québec. Ils sont pour Énergie Est, l'ensemble du Québec est contre, les trois pigent dans la caisse d'assurance emploi, le vote à visage couvert, les trois sont pour ça. J'aimerais les entendrec sur ces questions.

Le chef du Bloc a fait campagne dans la banlieue nord et à Montréal, en matinée jeudi. Il est passé donner un coup de pouce à Mario Beaulieu candidat du Bloc dans la circonscription Pointe-de-L'Île avant de s'arrêter dans Laurier-Sainte-Marie, la circonscription qu'il tente de ravier à la néodémocrate Hélène Laverdière.

Brèves

Vous désirez réagir à ce texte dans nos pages Opinions?

Écrivez-nous une courte lettre de 100 à 250 mots maximum à l'adresse suivante:

Vous pouvez aussi nous écrire en toute confidentialité si vous avez de l'information supplémentaire. Merci.