/opinion/blogs/columnists
Navigation

Price: une vénération à travers le pays

SPO-HOCKEY-RANGERS-CANADIENS
Photo Journal de Montréal, Ben Pelosse

Coup d'oeil sur cet article

En raison de divers reportages, j'ai l'occasion de visiter d'autres provinces canadiennes ces jours-ci et lorsqu'on discute de hockey, le nom de Carey Price revient toujours.

«Vous êtes chanceux, vous autres à Montréal, de pouvoir admirer les performances d'un gardien comme lui. Price serait un dieu ici s'il jouait pour les Maple Leafs», m'ont lancé un bon nombre d'amateurs de hockey de Toronto, qui peuvent au moins se consoler avec les succès de leur équipe de baseball.

Qu'on soit dans les Maritimes ou encore dans l'Ouest, les gens suivent les performances du Canadien, qui a des partisans un peu partout, comme toujours.

Le départ canon que connaît l'équipe avec une fiche de 5-0, du jamais vu dans sa longue histoire, excite les «fans».

On parle d'un club qui a récolté 110 points la saison dernière et qui joue de meilleure façon jusqu'à maintenant cette saison.

Si P.K. Subban est un joueur très populaire, il ne devance pas Carey Price sur ce plan.

Il y a une sorte de vénération à l'endroit du gars qui porte les grosses jambières, comme à l'époque de Ken Dryden ou de Patrick Roy.

Les gens font une fixation sur les gardiens de but et le calme affiché par Carey suscite de l'admiration.

J'ai suivi le match de jeudi soir dans un resto bar rempli à craquer et chaque fois que Price volait un but aux Rangers, les gens s'exclamaient, bondissaient de leur siège.

On a eu droit à tout un duel de gardiens entre Price et Henrik Lundqvist. C'était du bonbon.

Comme si ses arrêts ne suffisaient pas pour impressionner la galerie, Carey y est allé aussi d'une belle mise en échec sur Chris Kreider, ce «méchant garnement» qui avait mis fin aux espoirs du Canadien en finale de l'Est il y a deux ans.

Les partisans ont été comblés par cette impressionnante victoire de 3 à 0 remportée contre une puissante équipe, les Rangers.

Pour revenir à Price, il totalise 19 jeux blancs depuis le début de la saison 2012-2013. Aucun autre gardien n'a fait mieux que lui à ce chapitre.

HEUREUX POUR PLEKANEC

Par ailleurs, la direction du Canadien a annoncé vendredi après-midi qu'elle avait accordé une prolongation de contrat de deux ans à Tomas Plekanec pour une somme de 12 millions de dollars.

Je suis heureux pour lui car il rend toujours de très bons services au CH, même si certains lui reprochent une baisse de production offensive dans les séries.

Encore faut-il y participer et chaque année, Plekanec joue un grand rôle pour atteindre cet objectif. Ne l'oublions pas.

Ce bon vétéran a pleinement mérité ce vote de confiance de la part de la direction et ça met fin aux rumeurs de transaction, même s'il n'y a pas de clause de non échange dans cette nouvelle entente de deux ans, selon le reporter Bob McKenzie.

Le Canadien versera à Plekanec une bonne augmentation de salaire mais il ne lui a pas offert une protection contre un déménagement.