/entertainment/opinion/columnists
Navigation

Raël, oui ! Mahomet, non !

Coup d'oeil sur cet article

Cette semaine, Le Devoir nous a appris une bien désolante nouvelle. L’émission Ici Laflaque à Radio-Canada a songé, puis renoncé, à créer une marionnette de Mahomet.

Cette semaine, Le Devoir nous a appris une bien désolante nouvelle. L’émission Ici Laflaque à Radio-Canada a songé, puis renoncé, à créer une marionnette de Mahomet.

«Les intégristes ont gagné», a admis bien tristement Serge Chapleau, le caricaturiste derrière les bonshommes de Laflaque.

Au Québec, un humoriste peut vomir sur un petit garçon handicapé; un autre peut me traiter d’Eva Braun (la compagne d’Hitler); un autre peut souhaiter qu’on empêche les votants masqués de se reproduire: amenez-en c’est pas de l’onguent!

Mais woooooo, on ne touche pas au prophète!

#Jesuislaflaque

En 2004, à l’émission Tout le monde en parle, Serge Chapleau s’était retrouvé assis à côté de Raël. Hé boy! Il lui avait réservé tout un traitement. Chapleau avait ridiculisé son costume blanc et ses propos. Puis Chapleau s’était levé et avait «pogné» le chignon de Raël pour bien montrer à quel point il trouvait ce personnage risible et méprisable.

Et Chapleau avait fait tout ça après avoir dénoncé la rectitude politique des autres membres du plateau face au leader raëlien.

Onze ans plus tard, pensez-vous que si Serge Chapleau était invité à cette même émission, en présence d’un imam qui prônait de battre les femmes, la polygamie et d’autres idées ridicules, Chapleau se lèverait pour lui tirer sur la barbe?

Non. Onze ans plus tard, Serge Chapleau est passé à travers la crise des caricaturistes danois, la fatwa contre Salman Rushdie et l’assassinat de 12 innocents dans les locaux de Charlie Hebdo.

Alors en 2015 on ne tire pas la pipe aux barbus.

Comprenez-moi bien: je ne critique pas Serge Chapleau et je ne blâme pas les membres de l’équipe d’Ici Laflaque. Ils ont eu peur. C’est normal. Comme on a tous peur depuis le 7 janvier, depuis qu’on a vu que les intégristes n’avaient aucun sens de l’humour.

Sérieusement, qui a envie de risquer sa vie et celle de ses proches pour un dessin? Pour une blague?

Si tu ris d’un enfant malade, ses parents ne se présentent pas à tes bureaux armés d’une Kalachnikov.

Si tu traites un chroniqueur de Hitler, ça ne se termine pas en bain de sang avec 12 orphelins.

Si tu ris des gens qui vont voter avec un sac de patates sur la tête, tu ne seras pas obligé de vivre sous protection policière 24 h sur 24.

Alors tu continues de taper sur les mêmes têtes de Turc, sans avoir peur des conséquences.

Ne touche pas à mon prophète !

Françoise David a fait adopter à l’unanimité à l’Assemblée nationale une motion dénonçant l’islamophobie.

Mais est-ce que quelqu’un à l’Assemblée nationale pourrait faire adopter une mention dénonçant l’islamocensure? Celle qui fait que nos créateurs ont la chienne de faire une marionnette, de peur de mourir sous les balles d’une Kalachnikov?

Ça pourrait ressembler à ceci: «Que l’Assemblée nationale réitère que le Québec a toujours été une terre de liberté d’expression où l’on pouvait rire de tout, de tous et de toutes les religions; Que l’Assemblée nationale prenne acte des nombreux cas d’autocensure; Qu’elle s’inquiète de l’absence ou de la disparition de blagues sur l’islam et Mahomet de nos écrans de télévision, nos radios et nos journaux.»

Adopté à l’unanimité?

 

Brèves

Vous désirez réagir à ce texte dans nos pages Opinions?

Écrivez-nous une courte lettre de 100 à 250 mots maximum à l'adresse suivante:

Vous pouvez aussi nous écrire en toute confidentialité si vous avez de l'information supplémentaire. Merci.