/news/politics
Navigation

«Un Bloc québécois fort, c'est un Québec qui se tient debout», selon Pierre Karl Péladeau

«Un Bloc québécois fort, c'est un Québec qui se tient debout», selon Pierre Karl Péladeau
Simon Clark/Agence QMI

Coup d'oeil sur cet article

MONTRÉAL – Le chef du Parti québécois, Pierre Karl Péladeau, a appelé les indépendantistes et les progressistes à voter pour le Bloc québécois lundi.

«La présence d'un Bloc québécois fort à Ottawa constitue la meilleure garantie de se faire entendre, de faire valoir nos aspirations et de défendre nos valeurs», a écrit M. Péladeau dans une lettre diffusée sur le site du Huffington Post.

Pour le chef péquiste, seul le Bloc peut obliger Ottawa à tenir compte des intérêts des Québécois. «Un Bloc québécois fort, c'est un Québec qui se tient debout», a résumé M. Péladeau, qui a énoncé une série de raisons économiques, sociales et culturelles militant en faveur de l’élection de députés bloquistes.

M. Péladeau a avancé que le Bloc québécois pourra aller chercher «notre juste part d’argent» pour redonner au Québec «une marge de manœuvre pour faire les bons choix», rappelant au passage que les Québécois envoient 46 milliards $ en impôts à Ottawa chaque année.

«Cet argent finance, entre autres, l'exploitation des sables bitumineux et l'industrie de l'automobile en Ontario, alors que l'électrification de nos transports, notre industrie forestière ou nos chantiers maritimes ne reçoivent que des montants anecdotiques», a déploré le chef péquiste.

M. Péladeau est aussi d’avis que la présence du Bloc à Ottawa mettra un frein aux «comportements inacceptables des entreprises ferroviaires», assurera la défense adéquate de la gestion de l’offre dans le cadre du Partenariat transpacifique et assurera une voix pour la culture et la promotion du français.

Le dernier argument invoqué dans sa lettre est la possibilité, pour le Bloc québécois, de détenir la balance du pouvoir dans un contexte de gouvernement minoritaire.

«La balance du pouvoir pour que les valeurs québécoises soient respectées, pour empêcher un autre quatre ans avec Stephen Harper, parce que nous devons nous souvenir du Parti libéral et que le NPD de Tom ou de Thomas ne dit pas la même chose au Québec que dans le reste du Canada», a souligné M. Péladeau, qui a confirmé, en terminant, avoir voté pour le Bloc québécois.