/elections/bq
Navigation

L’ancien chef du Bloc québécois gagne son pari

Mario Beaulieu
Photo Le Journal de Montréal, Sarah-Maude Lefebvre

Coup d'oeil sur cet article

L’ex-chef du Bloc québécois Mario Beaulieu a regagné un des châteaux forts du parti en étant élu dans la circonscription de La Pointe-de-l’Île avec près de 34 % des voix.

Avant le début de la campagne électorale, M. Beaulieu avait cédé à Gilles Duceppe sa place à la direction du Bloc québécois, afin notamment de rassembler les forces indépendantistes. Ce dernier n’a pas été élu.

En 2014, M. Beaulieu avait succédé à Daniel Paillé à la tête du Bloc québécois. Son élection avait été mal accueillie par plusieurs souverainistes, dont Gilles Duceppe. Mais il s’était finalement rallié à Beaulieu. En juin dernier, ce dernier lui a offert son poste de chef du parti.

Mais selon les différents sondages publiés lors de cette longue campagne, le départ de Beaulieu n’a pas semblé faire avancer le Bloc québécois. Le parti a finalement fait élire dix de ses candidats, mais M. Duceppe n’en fait pas partie.

«Je suis fière de lui avoir cédé ma place. Il a fait un bon travail. C’est courageux de sa part qu’il se soit représenté», a dit M. Beaulieu peu après sa victoire, se félicitant que son parti ait plus que doublé le nombre de ses candidats élus.

En remportant ses élections, Mario Beaulieu a délogé la candidate sortante du NPD, Ève Péclet, qui s’était fait élire avec 48% des voix en 2011.

«Je pense que les gens ont voté pour le changement. Mais malheureusement, on a travaillé très fort pendant quatre années et on entendait que les gens étaient satisfaits de ce qu’on a fait», s’est désolée Mme Péclet, qui a terminé troisième dans la circonscription.

Dès la fermeture des scrutins, la lutte a été serrée entre Mario Beaulieu et la candidate libérale Marie-Chantale Simard. M. Beaulieu, ancien président de la Société Saint-Jean-Baptiste de Montréal, a finalement gagné en obtenant 33,7% des votes.